Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Droits humains

Réfugiés : « l’accueil par la Grèce des Ukrainiens montre qu’une autre voie est possible », à condition d’une volonté politique

Chaud et froid : le traitement réservé par la Grèce aux réfugiés ukrainiens et non ukrainiens -1-

mercredi 17 août 2022


Melissa Pawson Journaliste indépendante du Royaume-Uni écrivant sur la migration, les droits de l’homme et le climat a publié un article dans « The New Humanitarian » dans lequel elle décrit les différences de traitement en Grèce, État de l’Union européenne, entre les réfugiés venus d’Ukraine, bien accueillis, et ceux venant de pays d’Afrique ou d’Asie, la plupart du temps rejetés.


Réfugiés sur l’île grecque de Lesbos. (photo Louisa Gouliamaki/IRIN)

Les réfugiés d’Afghanistan, de la République démocratique du Congo, d’Iran et de Syrie sont depuis longtemps confrontés à des conditions de vie lamentables tout en luttant pour accéder aux procédures d’asile et aux services essentiels en Grèce. Selon des ONG et des groupes de défense des droits de l’homme, l’accueil par la Grèce des Ukrainiens fuyant l’invasion russe montre qu’une autre voie est possible — si seulement il y avait la volonté politique.

Le nombre d’Ukrainiens en Grèce est relativement faible par rapport à des pays comme la Pologne et l’Allemagne, qui accueillent respectivement environ un million et 1,5 à deux millions d’Ukrainiens. Dans l’ensemble, on estime à 6,4 millions le nombre de réfugiés ukrainiens à travers l’Europe, dont plus de 90 % sont des femmes et des enfants.

L’accueil des Ukrainiens a été « étonnamment positif »

Environ 72 000 Ukrainiens sont entrés en Grèce depuis que la Russie a lancé son offensive fin février, et plus de 18 000 ont demandé une protection en vertu d’une directive européenne sur la protection temporaire (TPD) inédite qui donne aux personnes fuyant les combats le droit de vivre, travailler et accéder aux services essentiels dans les États membres de l’UE pendant deux ans au maximum.

L’accueil des Ukrainiens a été « étonnamment positif », a déclaré à « The New Humanitarian » Kleio Nikolopoulou, responsable du plaidoyer et avocat du Conseil grec pour les réfugiés. Cependant, a-t-elle ajouté, il est « tellement frustrant » que ce système ne soit pas disponible pour les autres réfugiés.

Pour le gouvernement, les Ukrainiens sont de « vrais réfugiés »

Les Ukrainiens — que le ministre grec des migrations, Notis Mitarachi, a qualifiés de « vrais réfugiés » en mars — peuvent entrer en Grèce sans visa, et le gouvernement grec a créé une plateforme en ligne facile à utiliser pour qu’ils puissent prendre rendez-vous pour s’inscrire à la protection liée à leur statut. Une fois enregistrés, ils reçoivent des numéros de sécurité sociale et fiscaux qui leur permettent d’accéder au marché du travail, aux soins de santé, au logement et à l’aide alimentaire, selon un récent rapport du Conseil grec pour les réfugiés, Oxfam International et Save the Children.

En comparaison, environ 7 000 demandeurs d’asile et migrants sont entrés en Grèce en traversant la mer Égée ou la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie jusqu’à présent cette année. Ce nombre est bien loin du million de personnes — pour la plupart des réfugiés syriens — qui sont passées de la Turquie à la Grèce en 2015 et 2016, et des dizaines de milliers qui sont entrées chaque année les années suivantes.

Les autres réfugiés systématiquement repoussé

Depuis mars 2020, ces chiffres ont considérablement diminué, car les autorités grecques ont systématiquement repoussé les demandeurs d’asile et les migrants de la frontière terrestre et maritime du pays — une pratique illégale en vertu du droit international. Les refoulements ont été largement documentés par des journalistes, des groupes de défense des droits de l’homme et des enquêteurs numériques. Mais le gouvernement grec nie qu’ils aient lieu.

Pour ceux qui arrivent dans le pays, les procédures d’asile sont « presque impossibles d’accès », avec trop peu de centres d’asile acceptant les demandes et — jusqu’à récemment — une plateforme de rendez-vous en ligne non fonctionnelle, selon Nikolopoulou.

Des milliers de demandeurs d’asile dans la misère

En conséquence, de nombreuses personnes se retrouvent sans papiers malgré leurs tentatives de demande de protection. Cela les coupe des services essentiels tels que les soins de santé et le logement, ainsi que du marché du travail. Et même les personnes qui s’enregistrent en tant que demandeurs d’asile et reçoivent le statut de réfugié sont confrontées à une situation sombre : le gouvernement grec a réduit le logement et l’aide financière aux réfugiés depuis 2019, laissant des milliers de personnes confrontées à la misère et au sans-abrisme.

(à suivre)


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus