Droits humains

« Relevons le défi de l’élimination de la pauvreté »

La Section PCR de Saint-Denis pour la création d’un fonds spécial « Pauvreté-Dignité » financé par une fraction des 5 milliards d’euros dépensés chaque année par les communes, le Département et la Région

Ary Yée Chong Tchi Kan / 16 octobre 2020

Dans un communiqué paru à l’occasion de la « Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté » qui se tiendra dimanche, la Section PCR de Saint-Denis rappelle que les 24 maires, le président du Département et celui de la Région dépensent chaque année une somme équivalente au budget de l’ONU, 5 milliards d’euros. Elle propose que « Les 26 personnes qui ont la fonction d’ordonner cette masse d’argent devraient se réunir d’urgence pour dégager, avant la fin de l’année, un fonds spécial commun « Pauvreté-Dignité » qui couvre la décennie 2020-2030 ».

JPEG - 109.3 ko
À La Réunion, près de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. (Photo Toniox)

A l’occasion de « la Journée Internationale pour l’élimination de la pauvreté », le 17 octobre, nous voudrions retenir l’information parue le 7 octobre. Selon une étude de la Banque Mondiale, la pandémie du Covid-19 va faire basculer 150 millions de personnes dans l’extrême pauvreté, à l’horizon 2021. Il est dit que « de nombreux pays connaissent une chute des revenus du travail d’une magnitude jusqu’ici rarement observée ».

Le baromètre de la pauvreté IPSOS/Secours Populaire indique que « la pauvreté explose en France à des niveaux inédits depuis la seconde guerre mondiale ». L’aide gouvernementale sert de filet de sécurité mais ne permet pas d’enrayer le drame. Selon la secrétaire générale du SP, Mariette Steinberg,« Beaucoup n’avaient jamais demandé d’aide à personne. Et là, non seulement ils n’ont plus de quoi se nourrir, mais ils ne peuvent plus payer leur loyer ni l’électricité ». En 2 mois de confinement, 1 270 000 colis ont été servis.

La Réunion n’échappe pas à la catastrophe sociale causée par la crise sanitaire. Les plus pauvres sont rejoints par des travailleurs pauvres. Cette évolution vient aggraver une tendance généralement sous-estimée par les décideurs locaux, publics et privés.

L’an dernier, la section communiste de Saint Denis avait publié un « manifeste municipal » invitant à accorder la priorité au traitement de « la pauvreté multiforme ». Cette orientation politique s’inscrit dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement Durable 2015-2030, adoptés à l’ONU par tous les États du monde. Parmi les 17 objectifs universels, la première des priorités vise « l’éradication de l’extrême pauvreté ».

Dans notre « Département socialement hors norme » où 42 % de la population vit sous le seuil de pauvreté et 60 % des jeunes de moins de 25 ans, sortis du cycle scolaire, sont sans emploi, il s’agit d’agir sur des leviers volontaristes et stratégiques. N’ayons pas peur des réalités et des remises en cause.

Notre Pib/habitant représente seulement 60 % du PIB/habitant en France. Tous les pauvres payent la TVA et l’Octroi de Mer. L’Insee a publié une cartographie de la pauvreté par quartier. Les CCAS et les associations caritatives sont d’intéressantes sources d’informations. Les dépenses globales des 24 Communes, des EPCI et des 2 Assemblées approchent les 5 milliards d’euros ; c’est l’équivalent du budget principal de l’ONU pour une année.

Les 26 personnes qui ont la fonction d’ordonner cette masse d’argent devraient se réunir d’urgence pour dégager, avant la fin de l’année, un fonds spécial commun « Pauvreté-Dignité » qui couvre la décennie 2020-2030. Toutes les forces vives de la société seraient associées à l’élaboration d’un calendrier contraint.

Ainsi, La Réunion mobilisée sera capable de répondre ensemble aux préoccupations de pénurie d’emplois et de logements, du Covid-19, du Traité sur le Climat et des Objectifs universels du Millénaire pour le Développement Durable, etc. Les Communistes de Saint Denis invitent les Réunionnaises et les Réunionnais à relever les défis de ce siècle.

Saint Denis, le 15 octobre 2020.
Pour la section communiste,
Ary Yée Chong Tchi Kan