Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Droits humains

Saint-Denis : Prévenir et sensibiliser aux atteintes sexuelles

La commune labellisée « Amie des enfants » par l’Unicef

vendredi 19 novembre 2021


Ville, labellisée « Amie des enfants » par l’Unicef pour la période 2020-2026, Saint-Denis met l’accompagnement des enfants au cœur de son projet, avec notamment l’école du Bonheur, la protection et la promotion de leurs droits. La lutte contre les violences sexuelles est un engagement quotidien dans lequel s’engage la municipalité de Saint-Denis. 8 à 10 % des enfants sont victimes de ces violences à La Réunion.


La lutte contre les violences sexuelles est un engagement quotidien dans lequel s’engage la municipalité de Saint-Denis, notamment à travers le partenariat avec l’Association de Défense des Enfants à La Réunion Océan Indien (ADEROI) et l’Éducation Nationale.

À partir d’un conte ludique et interactif, raconté à l’aide d’un personnage animé : “Oscar le petit singe dit non”, l’association propose aux enfants de la maternelle au CE1 de prendre conscience de leur propre corps et des limites qu’ils peuvent poser. Ils ont le droit de dire non aux violences. Un travail parallèle est fait avec les élèves du CE2 au CM2, à partir de films, cette fois. En France, un enfant sur cinq est victime de violences ou d’abus sexuels, indépendamment du sexe, de l’âge ou de la classe sociale.

8 à 10 % des enfants concernés à La Réunion

Les agresseurs sont souvent des proches qui inspirent confiance, membres de la famille ou amis des parents, qui mettent en place un piège.
L’association prévention suicide estime qu’à La Réunion, ce sont 8 à 10 % des enfants qui subissent des violences sexuelles. Face à cette situation, il est urgent de lever le tabou des violences sexuelles contre les enfants. Il faut également repérer les enfants victimes d’abus et les accompagner vers les institutions.

Colette Minienpoullé, Présidente ADEROI : « Dans ma pratique professionnelle j’ai rencontré plusieurs patients qui avaient subi des violences à caractère sexuel dans leur enfance sans jamais oser en parler. Cette expérience m’a conduite avec d’autres professionnels et parents à créer une association pour apprendre très tôt aux enfants à dire « non » à ces violences et les aider à libérer la parole. »


Action de sensibilisation à l’école Ylang-ylang en présence d’Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis.



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus