Droits humains

Solidarité avec les Palestiniens et appel au boycott des produits israéliens

Succès du rassemblement organisé par le Mouvement réunionnais pour la Paix

Manuel Marchal / 2 juillet 2020

Un rassemblement de solidarité avec le peuple palestinien s’est tenu hier à l’appel du Mouvement réunionnais pour la paix. Cette mobilisation s’inscrit dans la campagne mondiale contre l’annexion de la Cisjordanie par les colonialistes israéliens, et a débouché sur un appel au boycott des produits israéliens. Solidarité Réunion Palestine, La ligue des droits de l’homme, le Groupe de dialogue interreligieux, Solidarité Chagos et le PCR, les Verts et le PS ont participé à cet événement.

JPEG - 112.2 ko

A l’appel du Mouvement réunionnais pour la Paix, un rassemblement contre l’annexion de la Cisjordanie par Israël et pour le boycott des produits israéliens s’est tenu hier soir sur le Parvis des Droits de l’Homme à Champ-Fleuri, Saint-Denis. Cette manifestation a vu la participation des plusieurs organisations : Solidarité Réunion Palestine, La ligue des droits de l’homme, le Groupe de dialogue interreligieux, Solidarité Chagos et le PCR, les Verts et le PS. Des représentants de Sections PCR venus de différentes régions de l’île étaient présents à cet événement.
Ce 1er Juillet 2020 que les dirigeants Israéliens devaient annexer une partie de la Cisjordanie, territoires palestiniens déjà occupés par des colonies juives. Dès qu’il fut connu, le projet souleva une grande indignation dans le monde entier. Le Conseil de Sécurité de l’ONU s’est réuni le 24 juin 2020 pour condamner cette annexion. Seuls les Etats Unis ont voté contre la résolution de la communauté internationale. Les protagonistes israéliens ont décidé de reculer la date fatidique mais pas de supprimer l’objectif, rappelle Julie Pontalba, présidente du Mouvement réunionnais pour la paix à l’origine de cette initiative. 

« Le peuple réunionnais ne peut accepter cela »

Julie Pontalba précise que ce contexte est aussi marqué par un autre élément. Le 11 juin 2020, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a donné tort à la France d’avoir condamné des manifestants français qui appelaient de boycotter les produits israéliens. D’où l’idée de relancer une campagne de boycott de produits israéliens, comme support pédagogique à la prise de conscience de la cause du peuple Palestinien.
Parmi les intervenants, André Oraison, professeur de droit public international et membre du Comité de solidarité Chagos La Réunion a rappelé que le plan de l’ONU prévoyait la création d’un Etat palestinien et d’un Etat israélien au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Mais après la guerre de 1947, le nouvel Etat d’Israël comprenait déjà des terres revenant à l’État palestinien. Puis en 1967, Israël a occupé la totalité de la Cisjordanie et Jérusalem en faisant de cette ville la capitale de son Etat. Puis en construisant un mur, Israël s’est accaparé 10 % de la Cisjordanie. Tout cela est contraire à toutes les résolutions votées par l’ONU qui demande la création de 2 Etats.
Quand un État persiste à mépriser les résolutions de l’ONU, l’ONU entre en guerre comme en 1990 en Irak. Mais les Etats-Unis bloquent toute initiative en raison de leur droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU, et Donald Trump pousse à l’annexion.
Pour Farouk Issop, ancien porte-parole collectif Reunion Palestine, l’occupation doit déboucher sur des poursuites pour crimes contre l’humanité. « Cette colonisation concertée est nourrie par le projet sioniste dès le début. On maquille un massacre en guerre, résistance en terrorisme, guerre de religion en colonisation. Les crimes sont révélateurs de postures. Le peuple réunionnais ne peut accepter cela », souligne-t-il.
Julien Badour, professeur d’Université, rappelle que le projet d’annexion fait partie d’un mouvement incluant toute la région. Ce sont les guerres en Irak et en Syrie. « Depuis la création d’Israël cette région n’a pas connu la paix. Le peuple palestinien est pacifique, a accepté le plan Oslo », dit-il en substance. « Il est temps que cette barbarie s’arrête et qu’émerge un nouvel ordre mondial. Ce modèle est terminé », conclut-il.

« Les Palestiniens sont nos frères »

Représentant le PCR, Philippe Yée Chong Tchi Kan souligne que « les Palestiniens sachent qu’ils sont nos frères ». Il rappelle que la décolonisation de la Palestine est un des points qui figure dans la déclaration finale du séminaire idéologique international organisé l’an passé par le Parti communiste réunionnais à l’occasion de ses 60 ans. Philippe Yée Chong Tchi Kan a aussi lu un message de soutien au rassemblement venant du Front Polisario.
Jean-Pierre Marchau (EELV) rappelle qu’il y a plus de Palestiniens en dehors de leur pays que dedans à la suite des massacres liés à la création d’Israël et de son extension.
Il note les actions, partout dans le monde, pour faire respecter les droits du peuple palestinien, sinon il n’y aura jamais de paix sans cette région.
Philippe Naillet (PS) rappelle que « les Palestiniens ont droit à un état, nous le soutiendrons toujours ». Il rappelle que sous direction PS, la commune de Saint-Denis a donné le nom de Yasser Arafat à une rue de la ville.
En conclusion, Nathalie Ethève, secrétaire du Mouvement réunionnais pour la Paix, a fait lecture d’un texte publié par Solidarité Palestine faisant des propositions concrètes. Un appel à l’arrêt des importations d’Israël en Europe est demandé.

M.M.