Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Droits humains

Sri Lanka : une crise qui dure depuis plus de 10 ans

Pourquoi des Sri-Lankais émigrent clandestinement de leur pays et demandent l’asile -3-

vendredi 12 août 2022


Un reportage de Rebecca Root, en collaboration avec Thin Lei Win et Andrew Gully publié par « The New Humanitarian » rappelle que la crise dure depuis plus de 10 ans au Sri Lanka en raison d’une mauvaise gestion du pays. Des mesures urgentes sont nécessaires.


Photo d’archives.

Cette crise a duré plus d’une décennie, a déclaré Anushka Wijesinha, co-fondatrice et PDG du groupe de réflexion Center for a Smart Future basé à Colombo.
Cela remonte à la fin de la guerre civile en 2009, lorsque le gouvernement a emprunté de l’argent pour se lancer dans une campagne de développement axée sur les infrastructures, mais n’a pas investi dans les exportations, le capital humain ou la durabilité environnementale. La dette s’est accumulée, mais l’économie ne croissait pas assez vite pour la rembourser, a-t-il dit.

Augmentation de la dette

Des experts indépendants de l’ONU avaient signalé le problème de l’augmentation de la dette institutionnelle — les remboursements étaient la dépense la plus importante du pays — depuis 2018-2019.
« Pour moi, [l’interdiction des engrais] était une petite tache sur un écran qui avait des marques laides et des angles morts beaucoup plus gros », a déclaré Wijesinha. « [La communauté internationale] parle de ce qui est arrivé au Sri Lanka sans bien comprendre les années de mauvaise gestion économique et de modèle de croissance médiocre qui nous ont conduits à ce point. »

Mesures urgentes nécessaires

Pour freiner cette « cascade de crises », encore aggravée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, il faut des mesures urgentes dans de multiples domaines, a déclaré Roy de l’IFPRI.
Cela comprend la suppression des taxes à l’importation élevées et des restrictions imposées à la fois sur les intrants agricoles — engrais, pesticides et équipements agricoles — et sur les produits « non essentiels » tels que les produits laitiers, les fruits et le poisson qui font grimper les prix et affectent particulièrement les ménages pauvres.
Il est également crucial d’aider les micros, petites et moyennes entreprises alimentaires, car elles sont moteurs de croissance et importants employeurs de femmes, a ajouté Roy.
Les petits exploitants agricoles, qui produisent 80 % de la nourriture du pays et sont déjà parmi les plus pauvres du Sri Lanka, ont également besoin d’une aide immédiate en matière d’intrants et de crédit, a déclaré Tabassum du FIDA.
Au-delà des besoins actuels, une meilleure gouvernance économique est nécessaire pour garantir que le pays ne retombe pas dans une crise similaire, a déclaré Wijesinha, qui craignait également que les entreprises et les décideurs politiques ne mettent désormais de côté les préoccupations environnementales et de biodiversité.

Deux tiers des forêts ont disparu en un siècle

« Par exemple, il pourrait y avoir plus d’empiétement sur les aires protégées parce qu’il y a un désespoir pour cultiver [des aliments] », a-t-il dit.
Cette préoccupation est partagée au Lanka Environment Fund, où la hausse des prix du carburant ralentit les projets tels que la restauration des mangroves qui nécessitent des machines à moteur diesel.
Malwatte s’inquiète notamment de la révocation d’une importante directive qui protège près d’un demi-million d’hectares de forêts. Cette décision visait apparemment à aider les agriculteurs pauvres, mais les médias locaux indiquent qu’ils pourraient être remis à des investisseurs privés pour une agriculture commerciale à grande échelle.
Plus des deux tiers des forêts du Sri Lanka ont été abattues au cours du siècle dernier pour l’usage humain, et les écologistes craignent que de nouvelles destructions n’accélèrent le changement climatique et n’affectent la production alimentaire.
Il est prévu que la hausse des températures pourrait réduire les rendements de riz de 12 à 41 % d’ici les années 2060, nuire à d’autres cultures clés telles que la noix de coco et le thé, et affecter la santé et la productivité des travailleurs agricoles d’ici 2050, selon la Banque asiatique de développement. D’autres ont déclaré que le changement climatique pourrait réduire les prises de poisson d’environ 20 % dans les années 2050.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus