Droits humains

Succès du rassemblement antiraciste et anticolonialiste de Saint-Pierre

Libérons la parole

Correspondant Témoignages / 23 juin 2020

Ce samedi 20 juin a eu lieu place de la liberté à Saint-Pierre un rassemblement antiraciste et anticolonialiste regroupant une centaine de militants d’horizons divers. Le PCR, conscient de la nécessité de ce rassemblement y était représenté par plusieurs camarades.

JPEG - 98.4 ko

Ce rassemblement a eu pour principal but de libérer la parole par rapport au colonialisme que nous subissons à La Réunion, et le lien nécessaire entre les différentes luttes intersectionnelles, qu’il s’agisse de la lutte contre le colonialisme, les luttes antiracistes, la lutte des classes, les inégalités de genre, les combats LGBT, etc.
De nombreuses interventions se sont succédé pour témoigner de ces luttes et de leur actualité, majoritairement par des jeunes expliquant que le combat à mener sera long et se fera sur plusieurs points, car le colonialisme et le racisme sont encore profondément ancrés dans nos esprits. Ils créent ainsi de nombreuses difficultés pour les Réunionnais dans leur pays, d’autant plus lorsque qu’ils sont racisés pour l’accès au logement, à l’emploi digne, etc.

Se réapproprier notre culture

Il faudra par exemple se réapproprier notre culture qui a été et est toujours colonisée, se battre contre le racisme institutionnel qui sclérose notre société et qui permet par exemple à l’Etat de promouvoir l’outil colonial que peut être le CNARM.
Nous devons également nous réapproprier notre histoire, qui est aujourd’hui enseignée par le biais occidental de l’africanisme.
Pour vaincre nous avons une force, qui est le métissage, faisant de nous une arme de guerre contre le colonialisme. Nous avons aussi la force de pouvoir laisser la parole aux concernés, qui permet ainsi aux luttes d’aboutir plus sereinement.
Par ces luttes, nous devrons nous émanciper par nous-mêmes pour décider de la destiné de notre pays, et ainsi mettre fin au joug colonial que subissent les Réunionnais.

Rencontre entre les générations

Après le témoignage poignant d’une Réunionnaise forcée à quitter son pays durant 35 longues années, le constat semble émerger que la nouvelle génération est prête à mener ce combat en montrant que les Réunionnais sont autant kapab qu’ailleurs, et méritent ainsi du respect. Une des preuves les plus concrètes de passage de relai générationnel est la campagne lancée par une jeune Réunionnaise, Mathilde Lebon contre le roman zoreil chapé, où après près d’une semaine plus de 4000 signatures ont été relevées pour dénoncer cet ouvrage puant du racisme, sexisme et colonialisme ambiant, et pourtant financé par la Région.
Ce rassemblement s’est terminé par le témoignage très instructif de Carmen, militante afro-américaine, qui après avoir énoncé de nombreuses vies ôtées par le racisme aux Etats-Unis a lancé un appel à l’unité pour ensemble combattre et vaincre les inégalités mondiales.

Correspondant