Droits humains

Un enfant sur six vit dans l’extrême pauvreté

Banque mondiale et UNICEF : 356 millions d’enfants survivent avec moins de 1,90 dollar par jour

Témoignages.re / 21 octobre 2020

L’analyse pré-COVID-19 révèle que 356 millions d’enfants luttent pour survivre avec moins de 1,90 dollar par jour, dont deux tiers en Afrique subsaharienne. Bien que les enfants représentent environ un tiers de la population mondiale, la moitié environ des personnes vivant dans l’extrême pauvreté sont des enfants. C’est ce qu’explique notamment un communiqué commun de la Banque mondiale et de l’UNICEF.

JPEG - 104.5 ko

On estime qu’un enfant sur six - soit 356 millions de personnes dans le monde - vivait dans une pauvreté extrême avant la pandémie, et cette situation devrait s’aggraver considérablement, selon une nouvelle analyse du Groupe de la Banque mondiale et d’UNICEF publiée hier.
Concernant l’estimation mondiale du nombre d’enfants vivant dans la pauvreté monétaire : une mise à jour note que l’Afrique subsaharienne - avec des dispositifs limités de sécurité sociale - compte deux tiers des enfants vivant dans des ménages qui luttent pour survivre, avec une moyenne de 1,90 dollar US par jour ou moins par personne - la mesure internationale de l’extrême pauvreté. L’Asie du Sud compte près d’un cinquième de ces enfants.
L’analyse montre que le nombre d’enfants vivant dans l’extrême pauvreté a modérément diminué de 29 millions entre 2013 et 2017. Toutefois, UNICEF et le Groupe de la Banque mondiale avertissent que les progrès réalisés ces dernières années sont inquiétants, qu’ils sont lents, inégalement répartis et menacés par l’impact économique de la pandémie COVID-19.

« Ces chiffres à eux seuls devraient choquer tout le monde »

« Un enfant sur six vivant dans l’extrême pauvreté est un enfant sur six luttant pour survivre », a déclaré Sanjay Wijesekera, directeur des programmes d’UNICEF. « Ces chiffres à eux seuls devraient choquer tout le monde. Et l’ampleur et la profondeur de ce que nous savons sur les difficultés financières engendrées par la pandémie ne feront qu’empirer les choses. Les gouvernements ont besoin de toute urgence d’un plan de relance pour les enfants, afin d’empêcher un nombre incalculable d’enfants et de familles d’atteindre des niveaux de pauvreté inconnus depuis de très nombreuses années. »

La moitié des pauvres sont des enfants

Bien que les enfants représentent environ un tiers de la population mondiale, la moitié environ des personnes vivant dans l’extrême pauvreté sont des enfants. Les enfants sont deux fois plus susceptibles d’être extrêmement pauvres que les adultes (17,5 % des enfants contre 7,9 % des adultes). Les enfants les plus jeunes sont les plus mal lotis : près de 20 % des enfants de moins de 5 ans dans les pays en développement vivent dans des ménages extrêmement pauvres.
« Le fait qu’un enfant sur six vivait dans l’extrême pauvreté et que 50 % des personnes extrêmement pauvres dans le monde étaient des enfants avant même la pandémie COVID-19 est une grave préoccupation pour nous tous », a déclaré Carolina Sánchez-Páramo, directrice mondiale de la pauvreté et de l’équité à la Banque mondiale. « L’extrême pauvreté prive des centaines de millions d’enfants de la possibilité de réaliser leur potentiel, en termes de développement physique et cognitif, et menace leur capacité à obtenir de bons emplois à l’âge adulte. Dans le sillage de la perturbation économique massive causée par la pandémie, il est plus crucial que jamais que les gouvernements soutiennent les ménages pauvres avec enfants dès maintenant et reconstruisent leur capital humain pendant la reprise. »

L’extrême pauvreté des enfants n’a pas diminué autant que celle des adultes ; une plus grande part des pauvres dans le monde étaient des enfants en 2017, par rapport à 2013. Toutes les régions du monde ont connu des niveaux variables de diminution de l’extrême pauvreté chez les enfants, à l’exception de l’Afrique subsaharienne, qui a connu une augmentation de 64 millions du nombre absolu d’enfants luttant pour survivre avec 1,90 dollar par jour, passant de 170 millions en 2013 à 234 millions en 2017.
La pauvreté des enfants est plus répandue dans les pays fragiles et touchés par des conflits, où plus de 40 % des enfants vivent dans des ménages extrêmement pauvres, contre près de 15 % des enfants dans d’autres pays, selon l’analyse. L’analyse note également que plus de 70 % des enfants en situation d’extrême pauvreté vivent dans un ménage dont le chef de famille travaille dans l’agriculture.

Impact de la COVID-19

La crise actuelle de la COVID-19 continuera à avoir un impact disproportionné sur les enfants, les femmes et les filles, menaçant d’annuler les progrès durement acquis en matière d’égalité des sexes. Les mesures de protection sociale ont un rôle crucial à jouer pour atténuer les mécanismes d’adaptation des pauvres et des personnes vulnérables, tant dans la réponse immédiate à la COVID-19 que dans la reprise à plus long terme.
Les données de la Banque mondiale et d’UNICEF suggèrent que la plupart des pays ont réagi à la crise en élargissant les programmes de protection sociale, en particulier les transferts en espèces. Les transferts de fonds constituent un tremplin pour les investissements à long terme dans le capital humain. En particulier lorsqu’ils sont combinés à d’autres mesures de développement de l’enfant et à une prestation de services sociaux de qualité, il a été démontré que les transferts en espèces s’attaquent à la pauvreté monétaire et multidimensionnelle et améliorent la santé, la nutrition et les résultats cognitifs et non cognitifs des enfants.
Toutefois, nombre de ces réponses sont à court terme et ne sont pas adaptées à l’ampleur et à la nature à long terme de la reprise. Il est plus important que jamais pour les gouvernements de renforcer et d’ajuster leurs systèmes et programmes de protection sociale afin de se préparer aux chocs futurs. Il s’agit notamment d’innover pour assurer la viabilité financière, de renforcer les cadres juridiques et institutionnels, de protéger le capital humain, d’étendre les prestations familiales et pour enfants sur le long terme et d’investir dans des politiques favorables à la famille, comme le congé parental payé et des services de garde d’enfants de qualité pour tous.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • La pauvreté continuera de progresser tant que la production de richesse ne sera pas partagée équitablement entre tous les hommes . La planète appartient à tout le monde, pas à ceux qui peuvent se l’approprier par la force . La notion de pays riches et de pays pauvres devraient disparaitre pour laisser la place à une communauté humaine sans frontières dans laquelle tous les hommes seraient mobilisés pour exploiter dans l’intérêt de tous les ressources de la planète .

    Toutes les ressources indispensables à la vie des hommes devraient être considérées comme un bien commun et devraient être gérées dans l’intérêt général de la population de la terre . La notion d’intérêt général doit dépasser le niveau local régional et national pour déboucher sur l’intérêt de la planète et de l’humanité . Et toutes nos actions devraient en partie prendre en compte l’intérêt de toute l’humanité et des conditions de vie de tous les êtres humains .

    Certains pays consacrent déjà une partie des richesses qu’ils produisent à l’aide au développement et au progrès des plus pauvres mais il est rare que cette aide dépasse 2% du PIB . C’est déjà bien, mais c’est insuffisant .Pour que les pays pauvres puissent progresser rapidement il faudrait que cette aide soit obligatoire pour tous les pays riches et pauvres , mais aussi que chaque chaque homme dont les revenus annuels seraient supérieurs à un certain niveau puissent consacrer une partie de ses revenus au progrès des plus pauvres .

    Il suffirait que Tous ceux qui gagnent en moyenne plus de 30 euros par jours puissent donner aux plus pauvres l’équivalent de ce qu’ils gagnent en une journée pour que tous les enfants de la planère puissent vivre dignement . Quand on sait qu’il y a des gens qui gagnent plusieurs millions d’euros par jours on peut se rendre compte que c’est le mode de fonctionnement de notre monde qui produit la pauvreté .

    Pour que l’humanité puisse continuer de progresser et que chaque être humain puisse vivre dignement il faudrait aussi que chaque être humain prenne conscience qu’il a un devoir de solidarité planétaire et que les hommes s’organisent pour que chacun puisse accomplir ce devoir de solidarité, quelque soit l’endroit où il vit sur la terre dès lors qu’il peut consacrer sans problèmes au moins ce qu’il gagne dans une journée par an an à aider les autres La planète compte déjà près de 8 milliards d’habitants dont au moins 4 milliards qui sont capables de produire une petite partie des richesses produites chaque année par les hommes . La contribution au développement de ces 4 milliards de personnes constituerait un levier considérable pour lutter contre la pauvreté même si chacun donnait l’équivalent de ce qu’il peut gagner en une journée . En tout cas elle permettrait de disposer de moyens suffisants pour lutter contre le réchauffement climatique qui aggrave chaque année le niveau de de pauvreté dans certains pays .

    Article
    Un message, un commentaire ?