Droits humains

Vannessa Nakate se dit victime du racisme d’Associated Press

Illustration du filtre des informations par les grands médias occidentaux

Témoignages.re / 31 janvier 2020

Les séquelles du racisme justifiant la colonisation sont encore bien présentes dans les pays dit « développés ». C’est ce qu’il ressort du traitement de l’information par une grande agence de presse internationale, qui efface la présence d’une militante africaine pour les besoins d’un « recadrage ». Voici le texte de Sihame Assbague accompagnant ce montage :

JPEG - 79.4 ko

« En bas, une photo de 5 jeunes activistes pour le climat qui ont organisé un point presse à Davos ce vendredi 24 janvier.

En haut, la photo recadrée par l’agence de presse US et reprise par plusieurs médias pour illustrer le sujet. La militante ougandaise, Vanessa Nakate, n’y apparaît plus.

Les choix qui en disent long.

D’après le directeur photo de l’AP, le recadrage serait dû à des « raisons de composition ». L’immeuble derrière Vanessa Nakate risquait, selon lui, de « distraire » le public. La militante ougandaise dénonce elle le racisme que sous-tendent ces choix et le peu d’intérêt pour les activistes africains.

Pour elle, ce n’est pas juste sa place sur la photo le problème, c’est la manière dont les médias occultent les populations qui sont le plus durement et le plus concrètement touchées par la crise climatique...alors même qu’elles émettent le moins de gaz à effet de serre et qu’elles en sont le moins responsables.

Bref, soutien à Vanessa Nakate et à tous les militants écologistes des pays du Sud qui, depuis des décennies se battent contre vents et marées impérialistes et capitalistes pour préserver leurs terres et les nôtres. »