Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Social

Les associations mitigées face au nouveau plan pauvreté du gouvernement

Plan Pauvreté : prolongation de certaines mesures du précédent plan

mardi 19 septembre 2023


Le nouveau programme de lutte contre la pauvreté, qui prolonge certaines mesures du précédent plan sur le sujet, entend « répondre à l’urgence de la situation sociale » actuelle et « corriger les inégalités structurelles ». Alors que le texte a été reporté à plusieurs reprises, les associations sont partagées face à la stratégie présentée par le gouvernement.


Petits déjeuners gratuits à l’école, prime de reprise d’activité, places d’hébergement d’urgence conservées : après huit mois de reports successifs, le gouvernement a dévoilé le 18 septembre sa nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté. Ce plan est particulièrement attendu par les associations qui restent mitigées pour le moment, alors que le contexte économique et social s’aggrave.

"Pour se loger, pour sa santé, pour accéder à l’éducation ou à l’emploi, parfois même pour se nourrir, la pauvreté est un défi du quotidien pour toutes celles et ceux qui y sont confrontés", a indiqué la Première ministre Elisabeth Borne lors d’un discours de présentation de ce plan à des responsables associatifs.

Le nouveau programme de lutte contre la pauvreté prolonge certaines mesures du précédent plan sur le sujet. Il entend, selon elle, "répondre à l’urgence de la situation sociale" actuelle et "corriger les inégalités structurelles".

Le "Pacte des solidarités" se décline en quatre grands axes : prévention de la pauvreté dès l’enfance ; retour à l’emploi ; lutte contre l’exclusion ; et mesures pour que la transition écologique ne pèse pas trop sur les plus démunis.

Ce nouveau plan doit être doté d’une "augmentation de 50% des crédits dédiés à la lutte contre la pauvreté par rapport à la stratégie précédente", a indiqué la Première ministre. Le précédent plan, lancé en 2018, avait été doté de 8 milliards d’euros sur quatre ans.

Ce plan ne concerne pas les territoires d’Outre-mer, car le gouvernement prévoit des mesures spécifiques pour ces zones particulièrement touchées par la pauvreté.

Pour Noam Leandri, président du collectif Alerte qui rassemble 34 associations de lutte contre la pauvreté, certaines "mesures répondent à l’urgence liée à l’inflation galopante mais on ne voit pas comment cette stratégie va parvenir à réduire la pauvreté". Ce dernier a commenté auprès de l’AFP : "on pense que c’est insuffisant."

Le gouvernement a déjà prévu de rassembler les acteurs du secteur début 2024 lors d’une "conférence permanente des solidarités" pour faire le point sur le sujet, a précisé Matignon dans un communiqué.

Parmi les mesures déjà annoncées : la création d’un "pass colo" pour les enfants de CM2 et la création de 200.000 places de crèches d’ici à 2030 visent à lutter contre la pauvreté dans l’enfance.

Le gouvernement prévoit de poursuivre la distribution de petits déjeuners gratuits dans certaines écoles. "Notre modèle doit permettre l’ascension sociale et j’ai une conviction : c’est par le travail que l’on s’en sort", a souligné Elisabeth Borne.

D’autres mesures, comme la création prévue en 2025 d’une prime de reprise d’activité, visent à favoriser le retour à l’emploi.

Le maintien des 203.000 places d’hébergement d’urgence existantes fait également partie du pacte, tout comme le second plan quinquennal "Logement d’abord", qui vise à accompagner vers le logement des personnes sans domicile.

Ces mesures vont "dans le bon sens" mais jugées "largement insuffisantes" par les associations de lutte contre la précarité qui demandent entre autre une revalorisation des minimas sociaux, une hausse des aides au logement (APL) et la régularisation des travailleurs sans-papiers dans les secteurs en tension.

"L’absence de coup de pouce sur les minima sociaux, c’est la douche froide", a souligné Noam Leandri. Des mesures telles que la poursuite de la distribution de chèques énergie aux plus modestes ou le renforcement du dispositif MaPrimeRenov’ complètent ce plan. Mais restent insuffisant.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus