Logement

Après l’incendie à la SHLMR Chantilly : nécessité du dialogue réaffirmée

Social

Témoignages.re / 16 février 2018

Apaisement et concertation sont la voie prônée tant du côté de la SHLMR que des locataires de la résidence « Chantilly » dans le cadre de la recherche de solutions aux nombreux problèmes surgis suite à l’incendie dont le deuxième sous-sol souterrain avait été la proie, il y a deux semaines.

JPEG - 77.3 ko

« (…), ( …) Aussi, nous vous remercions d’oeuvrer avec nous à améliorer la qualité de vie dans votre résidence et vous assurons de notre sincère attention » :

C’est en ces termes que Valérie Declerck, responsable de l’agence SHLMR du Ruisseau conclut la lettre circulaire adressée aux locataires du groupe « Chantilly ». Une « attention » qui s’est traduite par « une nouvelle visite » organisée hier matin sur le site résidentiel dont on se souvient que le deuxième sous-sol avait été ravagé par un incendie dans la nuit du jeudi au vendredi 2 février dernier. Un sinistre ayant causé la destruction de quatre véhicules ainsi que d’importants dommages à de nombreuses autres voitures.

Un bilan alourdi également par les dégâts considérables occasionnés sur le bâtiment abritant le parking souterrain en question, les deux ascenseurs de l’immeuble.

Un bilan empreint aussi et surtout d’un terrible drame humain avec l’arrêt brutal du seul ascenseur alors en fonction, piégeant alors une malheureuse mère de famille dont l’état est toujours préoccupant.

Un contexte traumatisant et propice à une l’émergence de diverses tensions.

Se sentant « abandonnés » les locataires ont donc alerté la presse afin que celle-ci porte sa voie au bailleur sur les revendications émises. Dont la nécessité d’un dialogue permanent et constructif afin de « faire avancer les choses ensemble ». Un état d’esprit confirmé par la SHLMR dont la représentante hier, accompagné d’un agent du secteur, M. Lépinay, a tenu à rappeler « s’être rendue immédiatement sur le lieu sitôt que son accès a été autorisé ».

Valérie Declerk a répondu aux questions posées par les locataires avant de rejoindre le deuxième sous-sol pour une nouvelle visite dont les escaliers ont aussi fait l’objet aux fins de remédier au problème d’éclairage posé.

En somme donc, dépasser le contexte émotionnel afin de contribuer au « mieux vivre ensemble » sur la base d’un dialogue, d’un respect et d’une confiance renforcé, est le parti pris et rappelé hier par les locataires.

Un leit-motiv que la SHLMR confirme elle aussi avoir fait sien à travers cet engagement figurant au terme du courrier signé de la responsable de l’agence du Ruisseau : « pour notre part, nous ferons ce qui est en notre pouvoir pour préserver votre bien-être » écrit en effet Valérie Declerck.