Logement

Forte mobilisation contre la suppression de l’APL-accession

Hier devant la préfecture à Saint-Denis

Manuel Marchal / 2 mars 2018

Une forte mobilisation a eu lieu hier matin devant la préfecture. Représentants du BTP et des locataires, accompagnés par des élus, ont formé une délégation qui a été reçue par l’administration. La suppression de l’APL-accession remet en cause les projets de vie de 1.400 familles, et fait courir un risque pour 500 entreprises et 2.000 emplois.

JPEG - 74.4 ko
La suppression de l’APL-accession accentuera la crise du logement dont les plus pauvres sont les premières victimes.

De nombreuses personnes avaient répondu hier à l’appel au rassemblement devant la préfecture pour protester contre la suppression de l’APL-accession. Cette mesure permet à des familles de devenir propriétaire de leur logement grâce à une aide sociale. Sans elle, elles ne peuvent pas obtenir un prêt bancaire pour financer leur investissement.

À court terme, 1.400 familles risquent de voir leur projet remis en cause. L’inquiétude gagne aussi le secteur du BTP qui estime que 2.000 emplois et 500 entreprises sont menacées par la réduction de carnet de commandes causé par cette mesure.

Les syndicats du BTP et les associations de locataires avaient été rejointes hier par plusieurs députés venus montrer leur soutien à la mobilisation.

Conséquence de l’austérité

Cette manifestation est une nouvelle illustration des conséquences de la politique d’austérité menée depuis plusieurs années. D’autres mesures prises n’avaient pas suscité la même mobilisation. Rappelons qu’en 2013, le gouvernement avait décidé de supprimer le RSTA et sa participation à la prime COSPAR. Cela avait fait perdre aux bénéficiaires de cette mesure contre la vie chère un mois de salaire par an. Plusieurs députés présents hier avaient alors choisi de soutenir ou de s’abstenir de combattre cette mesure votée dans le budget de l’État.

Devant la montée du mécontentement général, ils ont donc changé de positionnement. D’autres responsables politiques ont fait le choix de continuer à soutenir la politique du gouvernement. Cela s’est vu lors des vœux de ces élus. C’est le cas de Thierry Robert, de Gilbert Annette et de Didier Robert, engagés dans une course à la séduction pour être le porte-parole officiel de Paris à La Réunion. La manifestation d’hier a rappelé que pendant ce temps, les problèmes de la population s’aggravent.

Crise du logement

En effet, la suppression de l’APL-accession est un obstacle supplémentaire dans la lutte pour le droit de tous les Réunionnais à un logement décent et adapté à la capacité contributive de chacun. Des familles ayant droit à cette mesure sont actuellement dans un logement social. Sans accession à la propriété possible, elles ne quitteront pas le parc social, ce qui contribuera à la pénurie dans ce domaine.

Ceci accentuera la crise du logement dont les plus pauvres sont les premières victimes.

M.M.