Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Logement

Logement : face à l’échec de l’État, la responsabilité aux Réunionnais

Logement social : 35780 familles sur liste d’attente à La Réunion ; un Réunionnais sur trois victime de la crise du logement

jeudi 16 juin 2022, par Manuel Marchal


La pénurie de logements adaptés au pouvoir d’achat des Réunionnais a pour conséquence le fait qu’un Réunionnais sur trois soit impacté par la crise du logement, avec des répercussions dans de nombreux domaines. Ce constat est le résultat de l’échec de toutes les politiques décidées par Paris dans ce domaine. Confier aux Réunionnais la responsabilité du logement ne permettrait-il pas d’obtenir de meilleurs résultats pour garantir à tous les habitants de notre île le droit à un logement décent ?


Voici un extrait de la synthèse du rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre sur le mal-logement à La Réunion :

« À La Réunion, nous estimons que plus de 100 000 personnes souffrent du mal-logement ou d’absence de logement personnel. Parmi ces personnes, près de 39 000 sont dépourvues de logement personnel, dont environ 1 000 personnes à la rue. Ensuite, les mal-logés se composent de 31 000 personnes vivant dans des conditions de logement très difficiles du point de vue du confort, dont certaines n’ont pas d’eau courante (chaude / froide), et parfois ni douche ou ni WC intérieurs. Enfin, près de 30 000 personnes vivent en situation de surpeuplement dit « accentué », c’est-à-dire qu’il leur manque deux pièces par rapport à la norme de peuplement.
Autour de ce noyau dur du mal-logement, avec les situations les plus graves, se dessine un halo beaucoup plus large, a minima de 200 000 personnes fragilisées par rapport au logement, avec des répercussions sur la vie de famille, la santé, l’environnement quotidien, le confort ou les fins de mois difficiles. En résumé, ce serait près de 3 Réunionnais sur 10 impactés à un titre ou un autre par la crise du logement. »

Pénurie de logements adaptés au pouvoir d’achat

A cela s’ajoutent des données inquiétantes, comme le nombre de familles en attente d’un logement social. Le nombre de demandeurs était de 27755 en 2016 contre 35780 en 2021, soit près de 25 % d’augmentation en 5 ans.
Ceci traduit l’incapacité du système actuel à répondre au besoin des Réunionnais en termes de logements. Près de 40 % des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté, le mal-logement résulte en grande partie dans des loyers trop élevés pour le pouvoir d’achat des locataires. Sans l’aide de la CAF, une personne allocataire du RSA ne peut pas entrer dans un logement social, car le loyer dépasse largement le tiers du revenu.
Cette situation de pénurie de logements adaptés à la capacité contributive des Réunionnais dure depuis des décennies. La population de La Réunion continue d’augmenter, ce qui signifie que sans changement du système, la situation va continuer à s’aggraver, accentuant encore les inégalités entre Réunionnais.

La responsabilité des Réunionnais

Ce constat est le résultat de l’échec de toutes les politiques décidées par Paris dans ce domaine. Confier aux Réunionnais la responsabilité du logement ne permettrait-il pas d’obtenir de meilleurs résultats pour garantir à tous les habitants de notre île le droit à un logement décent ?
Cette proposition a déjà été faite par Maurice Gironcel, président de la CINOR, qui préconise un transfert de la compétence logement aux intercommunalités. Elle doit en tout cas être une des questions à l’ordre du jour de la Conférence territoriale élargie aux forces vives proposée par le PCR, afin d’élaborer pour La Réunion un projet de développement durable et solidaire.

M.M.



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus