Logement

Motion contre la suppression de l’allocation logement accession au 1er janvier 2018

Le texte que le maire du Port a refusé d’examiner au Conseil municipal

Témoignages.re / 9 novembre 2017

Voici le texte de la motion proposée par Firose Gador lors du dernier Conseil municipal du Port mardi. Elle s’oppose à la suppression de l’accession sociale à la propriété, de nombreuses familles sont concernées. Le maire a refusé d’examiner cette motion.

JPEG - 57.5 ko

« Le gouvernement a annoncé la suppression de l’allocation logement accession au 1er janvier 2018, et l’Assemblée nationale s’est déjà prononcée en première lecture pour cette suppression. Il est urgent de prendre immédiatement la mesure des conséquences d’une telle mesure. Ces conséquences sont véritablement désastreuses, car elles suppriment en fait la possibilité pour les familles réunionnaises d’accéder à la propriété d’un logement social dans le cadre des opérations RHI (résorption de l’habitat insalubre).

En effet, l’allocation logement permet que le taux d’endettement de la famille accédante soit réduit, adapté à ses moyens financiers et ne dépassant pas le plafond acceptable. C’est, tout au long des 30 ans d’histoire des RHI, grâce à l’allocation logement que la banque prêteuse a pu valider le montage des dossiers.

Sans l’allocation logement, des centaines de familles au Port, qui attendent toujours la construction de leur L.E.S. (logement évolutif social), se verraient exclues d’une accession qui représente pourtant l’engagement envers elles pris par l’Etat et la collectivité à l’ouverture des opérations. Sur l’ensemble de La Réunion, il s’agit de milliers de familles qui seraient lésées et laissées à l’abandon.

Mais le problème est porteur d’un impact encore plus lourd, car il va frapper de plein fouet les familles déjà propriétaires de leur L.E.S., qui payent régulièrement leurs mensualités de remboursement. Qu’en sera-t-il si l’apport de l’allocation logement est supprimé ?

La mesure annoncée est on le voit une agression brutale contre les familles aux budgets les plus modestes, sans compter le coup porté à l’emploi dans le Bâtiment, sachant que la construction d’un logement équivaut à 1,5 emploi.

Le Conseil municipal, réuni le 7 novembre 2017,

- alerte solennellement l’Etat pour qu’il revienne sur cette mesure de régression sociale,
- appelle l’Association des Maires pour une action concertée portant la même revendication.

Fait à Le Port, le 7 novembre 2017