Logement

Près de 200.000 euros pour un logement social

Qu’attendent les députés de La Réunion pour lutter contre cette injustice ?

Manuel Marchal / 26 octobre 2017

L’inauguration d’une résidence HLM a Saint-Denis hier pose une nouvelle fois le problème du coût de production des logements sociaux à La Réunion. Au final, ce sont les locataires qui paient. Voilà un grave problème sur lequel les propositions des députés de La Réunion sont attendues.

JPEG - 78.1 ko

24 logements sociaux ont été inaugurés hier à Saint-Denis. La résidence Horloge se situe dans un quartier populaire, le bas de la rue Maréchal-Leclerc. Le coût de cette construction a été de 4,6 millions d’euros. Cela fait passer le prix moyen d’un logement social à près de 200.000 euros.

Les loyers seront compris entre 489 et 788 euros par mois. Le logement le moins cher est donc déjà inabordable pour une personne qui vit avec un minima social, et représente plus du tiers d’un SMIC mensuel.

La seule solution pour que des locataires puissent y habiter, c’est de mobiliser à nouveau l’aide publique par l’intermédiaire de l’allocation logement.

Dans le cadre actuel, c’est par la loi qu’il est possible d’agir pour stopper ces dérives budgétaires. Voilà donc un grave problème sur lequel des propositions des députés de La Réunion sont attendues, loin de l’agitation médiatique.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le Prix du loyer des logements sociaux ne devraient pas être déterminés seulement en fonction du coût de la construction des logements mais en fonction de la situation des personnes qui doivent y être logés .

    Lorsque l’on construit en milieu urbain , le prix du foncier ne baisse pas forcément pour les programme de logement sociaux mais dépend de la situation du terrain .De même la construction des logements sociaux doit obéir aux mêmes règles que les logements non sociaux pour pouvoir respecter les normes de solidité, de sécurité , d’hygiène et de salubrité qui sont exigés par l’application des règles de l’urbanisme et par les contraintes imposées pour résister aux cyclones ou autres phénomènes naturels, et dans ce cas le cout de la construction est tributaire du cout des matériaux et de la main d’œuvre et d’une manière générale de la qualité de la construction. Il y a des postes dans la construction des logements qui sont incompressibles et qui empêchent de descendre le coût des logements sociaux au dessous d’un certain niveau . Mais ce n’est pas parce que le cout de la construction d’un programme de logements sociaux est élevé compte tenu des éléments que je viens d’indiquer que les loyers de ces logements sociaux doivent être plus élevés qu’ailleurs .

    Pour éviter d’avoir une gestion des logements déficitaire, les organismes qui construisent des logements sociaux devraient prévoir dans chaque programme de logements que certains logements puissent être attribués à des personnes qui ne soient pas forcément des cas sociaux et distinguer leur logement par rapport aux logements sociaux en jouant sur la qualité des prestations ou sur la surface du logement, sur son exposition etcet ... Et dans ce cas ce serait la location de ces logements qui permettrait d’équilibrer la gestion des programmes, sachant par ailleurs que le bailleurs sociaux reçoivent des subventions et des aides pour combler leur déficit de gestion .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Le Prix du loyer des logements sociaux ne devraient pas être déterminés seulement en fonction du coût de la construction des logements mais en fonction de la situation des personnes qui doivent y être logés .

    Lorsque l’on construit en milieu urbain , le prix du foncier ne baisse pas forcément pour les programme de logement sociaux mais dépend de la situation du terrain .De même la construction des logements sociaux doit obéir aux mêmes règles que les logements non sociaux pour pouvoir respecter les normes de solidité, de sécurité , d’hygiène et de salubrité qui sont exigés par l’application des règles de l’urbanisme et par les contraintes imposées pour résister aux cyclones ou autres phénomènes naturels, et dans ce cas le cout de la construction est tributaire du cout des matériaux et de la main d’œuvre et d’une manière générale de la qualité de la construction.

    Il y a des postes dans la construction des logements qui sont incompressibles et qui empêchent de descendre le coût des logements sociaux au dessous d’un certain niveau . Mais ce n’est pas parce que le cout de la construction d’un programme de logements sociaux est élevé compte tenu des éléments que je viens d’indiquer que les loyers de ces logements sociaux doivent être plus élevés qu’ailleurs .

    Pour éviter d’avoir une gestion des logements déficitaire, les organismes qui construisent des logements sociaux devraient prévoir dans chaque programme de logements que certains logements puissent être attribués à des personnes qui ne soient pas forcément des cas sociaux et distinguer leur logement par rapport aux logements sociaux en jouant sur la qualité des prestations ou sur la surface du logement, sur son exposition etcet ... Et dans ce cas ce serait la location de ces logements qui permettrait d’équilibrer la gestion des programmes, sachant par ailleurs que le bailleurs sociaux reçoivent des subventions et des aides pour combler leur déficit de gestion .

    Article
    Un message, un commentaire ?