Logement

Salon de la Maison : les souffrances de 80.000 Réunionnais passées sous silence

Salon de la Maison en pleine crise du logement

Manuel Marchal / 7 mai 2018

Le 27 avril, la Fondation Abbé Pierre a présenté son rapport sur le mal-logement : 80.000 Réunionnais sont concernés. Quelques jours plus tard s’est ouvert le Salon de la Maison. C’est la plus grande foire commerciale de La Réunion mais elle n’a pas pour but d’apporter des solutions pour ceux qui vivent dans des conditions indécentes. À croire que la crise du logement n’existe pas à La Réunion.

JPEG - 141.1 ko

Le Salon de la Maison se tient actuellement à Saint-Denis. Cette manifestation fait l’objet de nombreuses publicités dans les médias. Elle attire de nombreuses personnes. C’est en effet l’exposition commerciale qui enregistre la plus forte fréquentation. Le parking prévu pour les exposants est même trop petit pour tous les accueillir.

Dans cette foire commerciale, tout tourne autour d’une idée : être propriétaire de son logement et pouvoir l’aménager à sa guise. Autour de cela s’organisent toute une structure : architectes, entreprises de BTP… et les banques.
À la fin du Salon, les seuls commentaires porteront sur l’évolution de la fréquentation. Une fois de plus, le système en place à La Réunion veut faire croire à une réalité qui ne correspond pas à la vérité.

La réalité de la crise

Le 27 avril dernier, la Fondation Abbé Pierre a présenté son rapport sur le mal-logement. 80.000 Réunionnais ne vivent pas dans un logement décent. Cela ne concerne pas seulement des locataires, mais aussi des propriétaires qui vivent dans un habitat précaire. Le rapport souligne aussi que les mesures prises par le gouvernement à La Réunion ne vont dans le sens de la résorption de cette insalubrité. En effet, le nombre de logements sociaux construits est loin de correspondre aux besoins.

Cette crise du logement a des conséquences importantes pour la santé, et pour la réussite scolaire. Or c’est précisément la réussite scolaire qui va déterminer l’accès au travail, car plus le niveau du diplôme du jeune est élevé, moins il sera concerné par le chômage. La conséquence, c’est qu’une personne au chômage sera dans la pauvreté et aura les plus grandes difficultés à accéder à un logement décent. Ce qui signifie que le mal-logement est un facteur qui contribue à figer les inégalités à La Réunion, de génération en génération.

Société coupée en deux

Mais ce qui constitue un des principaux problèmes des Réunionnais n’est pas à l’ordre du jour de la principale manifestation organisée au Parc des expositions de Saint-Denis. En effet, il s’agit de vendre un maximum de produits à ceux à qui le système donne les moyens de consommer.

Aussi le Salon de la Maison est un révélateur d’une société coupée en deux, et il n’incite pas à développer la solidarité entre les victimes et les bénéficiaires de ce système. En effet, que peuvent penser les abandonnés d’une telle manifestation ?

M.M.