5000 habitants perdus en 10 ans, baisse de la dotation financière globale : toute la population pénalisée

Section PCR du Port : « Des logements intermédiaires au Port, il est plus que temps ! »

27 mars 2023, par Section PCR du Port

La Section PCR du Port rappelle qu’un programme de 180 logements dits intermédiaires préparé sous le majorat de Jean-Yves Langenier aurait pu être lancé dès 2014. Mais avec l’actuelle municipalité, ces projets ont été « quasiment à l’arrêt ». Résultat : Le Port se dépeuple : 5000 habitants de moins en 10 ans.

À la mi-mars, le maire du Port a tenu à informer des familles du Mail de l’Océan du démarrage prochain dans leur quartier de la construction de 3 opérations de logements par la SIDR et la SHLMR. En tout 82 logements locatifs seront réalisés pour des familles de la classe moyenne.
On serait tenté de dire qu’il était temps que la municipalité s’occupe de faire construire des logements pour les Portois qui ont connu — par leur effort et grâce aussi à l’action municipale — une promotion sociale. Depuis presque 10 ans, dans les 2 projets structurants de la ville, des logements pour les classes moyennes auraient pu sortir de terre.
En effet, le Mail de l’Océan, autour de l’avenue des Chagos, et la ZAC “Ville et Port” (le long de la rue Evariste de Parny et aujourd’hui dénommée Portes de l’Océan) étaient destinés précisément à accueillir de tels logements. Dans les 2 cas la commune était propriétaire des terrains et pouvait lancer des opérations immobilières.
Dans “Ville et Port”, un programme de 180 logements était validé et un opérateur suite à un concours avait déjà été retenu fin 2013, l’opérateur avait aussi un accord de principe de banques pour obtenir les fonds nécessaires ; autrement dit la construction de ces logements intermédiaires pouvait être lancée en 2014.
À l’arrivée en mars 2014 à la mairie de l’actuelle municipalité, ces 2 projets ont été mis quasiment à l’arrêt.

Des familles parties ailleurs

Aucune opération de logements intermédiaires n’est sortie de terre dans le Mail et “Ville et Port”. Les familles qui auraient pu être logées au Port sont parties ailleurs.
On a ainsi assisté à une véritable hémorragie de la population portoise qui est passée de 38.881 en 2010 à 33.795 habitants en 2021, selon les chiffres de l’Insee, soit une baisse de 5.086 habitants (-13 %).
À titre de comparaison, pendant la même période, La Possession a vu sa population croître de 30.594 à 33.034 habitants (soit 2.440 habitants de plus, +8 %).
Toutes les communes de La Réunion, à part Le Port et une autre commune, ont connu une augmentation de la population. Il y a des conséquences négatives pour Le Port et tout particulièrement sur le plan financier.
Les familles qui ont quitté la ville sont en grande majorité solvables. Alors que c’est la commune qui a permis à beaucoup d’entre eux de disposer de bonnes conditions pour leur réussite, ce sont d’autres communes qui vont les accueillir et bénéficier financièrement par leurs impôts.
L’État attribue chaque année la DGF (dotation globale de fonctionnement) pour aider les communes et les autres collectivités à faire face à leurs dépenses. L’enveloppe attribuée pour les 24 communes de l’Île est repartie en fonction d’un seul critère, la population. Autrement dit puisque notre population diminue la part de DGF revenant au Port, au bout du compte c’est notre population qui est pénalisée.
On le voit, les conséquences du dépeuplement de notre commune ne sont pas négligeables.
On dit que gouverner c’est prévoir. Le moins qu’on puisse dire de l’actuelle municipalité portoise c’est qu’elle fait preuve d’une imprévision coupable et d’une gestion calamiteuse des affaires de notre ville.

La Section PCR du Port

A la Une de l’actuParti communiste réunionnais PCR

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?