Logement

Union des locataires et du BTP pour une autre politique du logement

Rassemblement demain devant la préfecture contre la suppression de l’APL-Accession

Manuel Marchal / 28 février 2018

Demain, syndicats de travailleurs et d’employeurs se rassembleront devant la préfecture pour protester contre la suppression de l’allocation logement versée pour l’accession à la propriété. 500 sociétés et 2.000 emplois sont menacés. Lors de sa visite, Jean-Louis Borloo a fait part de son souci face aux conséquences d’une telle mesure. Des milliers de familles sont concernées à La Réunion dont 1.400 dans l’immédiat. Ce sont autant d’appartements qui ne pourront être attribués aux personnes qui sont en attente d’un logement social.

JPEG - 108.7 ko
Demain, le BTP sera de nouveau dans la rue.

Plusieurs mesures anti-sociales du gouvernement font l’objet de nombreuses protestations. Il y eut tout d’abord la mobilisation contre les ordonnances réduisant les droits des travailleurs dans le Code du Travail. Pour faire passer ce texte, le pouvoir a choisi une procédure expéditive, qui a retiré la possibilité aux parlementaires de modifier la nature de ce texte.

Il y eut ensuite la hausse de la CSG inscrite dans le budget de la Sécurité sociale. Tout le monde est concerné. En effet, les hausses de pouvoir d’achat annoncées par la suppression de la taxe d’habitation ne sont pas encore entrées en vigueur. Cette hausse est compensée par une baisse du salaire différé perçu par les travailleurs. Les retraités sont les plus touchés, car ils ne perçoivent pas de salaire différé. En conséquence, pour une personne qui touche 1.200 euros par mois, la perte peut s’élever à 300 euros par an.

Enfin, la suppression de l’allocation logement versée pour l’accession à la propriété suscite de graves inquiétudes chez les locataires qui ne pouvaient acquérir leur résidence principale que par ce biais, ainsi que du côté des travailleurs et des patrons du BTP. Ils comptent d’ailleurs se rassembler demain pour qu’un tel projet soit retiré.

2.000 emplois menacés

D’après les représentants syndicaux et patronaux, ce sont en effet 500 sociétés et 2.000 emplois qui sont menacés. Cela se déroule dans un secteur sinistré par des décisions politiques entre 2007 et 2010 qui ont stoppé d’importants grands projets. Le choix de la Région de miser beaucoup sur la route en mer s’est également fait au détriment d’autres investissements. Par ailleurs, la réforme de la défiscalisation a donné un coup d’arrêt à la construction de logements neufs dans le secteur privé, sans que la réorientation de cette aide publique vers les bailleurs sociaux ne donne les résultats escomptés. En conséquence, le secteur du BTP a perdu 10.000 emplois.

L’année passée, une interprofession réunissant syndicats et organisations patronales s’était mobilisée pour demander aux collectivités d’agir concrètement pour relancer la commande publique. La fin de l’APL-Accession intervient dans ce contexte de crise générale.

Pénurie de logements sociaux

Cette fois, le rassemblement ne comportera pas uniquement les professionnels du secteur de la construction. Les locataires sont également concernés. 1.400 familles pourrait voir leur dossier d’accession à la propriété rejeté, car sans cette aide, elles ne sont pas suffisamment solvables auprès des banques. Ce blocage entraînera une réaction en chaîne, car si ces familles ne peuvent devenir propriétaires, alors elles resteront dans leur logement social. Or les Réunionnais souffrent d’une pénurie dans ce domaine, avec près de 30.000 familles inscrites en liste d’attente.

Autant dire que la remise en cause de l’aide sociale pour l’accession à la propriété est un nouveau recul dans le respect du droit au logement des Réunionnais.

M.M.