Luttes sociales

Annick Girardin à des gilets jaunes : « Vous vous êtes peut être faits manipuler, moi ça m’est arrivé aussi »

Une délégation « venant du barrage de la Cocoteraie » reçue hier par la ministre

Manuel Marchal / 1er décembre 2018

La ministre des Outre-mer a reçu hier une délégation de gilets jaunes qui souhaitait qu’elle reste à La Réunion jusqu’à dimanche pour entendre leurs propositions. Annick Girardin a proposé une visio-conférence demain 2 décembre avec cette délégation, proposition acceptée. Elle a également précisé « je ne vais pas entrer dans les détails (…) dans ce mouvement, il y aussi des gens qui essaient de manipuler. Vous vous êtes, de temps en temps, peut être fait manipuler, et moi ça m’est arrivé aussi ». Le chef de délégation des gilets jaunes a alors coupé court à l’entretien : « Madame la ministre, merci, on se retrouvera dimanche ».

JPEG - 66.5 ko

Hier après-midi, une délégation de gilets jaunes présentée comme « venant du barrage de la Cocoteraie » a été reçue brièvement par Annick Girardin dans la cour de la préfecture. Annoncée en début d’après-midi pour 17 heures, l’échange a finalement commencé bien plus d’une heure plus tard en raison du retard de la délégation.

La délégation a déploré que la ministre n’ait pas honoré l’invitation de la veille à se rendre sur le barrage de la Cocoteraie. Annick Girardin s’est dite « désolée », indiquant quelle ne disposait pas « des bonnes informations » lui permettant d’ajouter ce rendez-vous à son programme.

Ces gilets jaunes voulaient présenter à la ministre leur démarche. Ils organisaient un vote sur des propositions qui devaient se terminer hier soir. Ils comptaient présenter le résultat de ce vote à la ministre dimanche 2 décembre.

Annick Girardin a alors annoncé son départ le lendemain samedi, en raison d’un agenda l’obligeant à être à Paris dès lundi matin. Elle a alors proposé la tenue ce 2 décembre d’une visio-conférence avec les membres de la délégation. Ces derniers ont alors exprimé la volonté que des moyens techniques puissent être mis à disposition afin que cette visio-conférence puisse être suivie largement à La Réunion.
Au cours de cet entretien, Annick Girardin a reconnu certains membres de la délégation. « J’ai déjà engagé le dialogue avec certains d’entre vous », a-t-elle relevé en substance. Le chef de la délégation a alors tourné la tête, ce qui fait que d’autres gilets jaunes l’ont baissée.

Interpellée une nouvelle fois sur le rendez-vous manqué de jeudi à la Cocoteraie, Annick Girardin a répondu ceci : « je ne vais pas entrer dans les détails (…) dans ce mouvement, il y aussi des gens qui essaient de manipuler. Vous vous êtes, de temps en temps, peut être fait manipuler, et moi ça m’est arrivé aussi ». C’est alors que le chef de la délégation a coupé court à l’entretien en clamant un tonitruant « Madame la ministre, merci, on se retrouvera dimanche ». La délégation s’est alors dirigée vers la sortie.

M.M.