Appel de l’Intersyndicale CGTR-CFDT-CFE CGC-FO-FSU-SAIPER-SOLIDAIRES-UNSA

« Grève du mardi 19 mars : sauver les services publics, une urgence ! Des salaires décents pour toutes et tous ! »

18 mars

Ce 19 mars, les agents de la fonction publique sont appelés à la grève et à la manifestation par l’Intersyndicale CGTR-CFDT-CFE CGC-FO-FSU-SAIPER-SOLIDAIRES-UNSA. Il s’agit de protester contre « un système de primes réservées à quelques-uns au détriment d’une vraie revalorisation salariale pour toutes et tous en particulier les personnels les plus précaires » que le gouvernement compte mettre en place. Voici le communiqué appelant à deux manifestations à Saint-Denis et à Saint-Pierre.

Nos organisations syndicales constatent et condamnent l’absence de toute perspective d’augmentation des rémunérations dans la fonction publique dans un contexte d’inflation encore soutenue. Il est urgent d’ouvrir sans délai des négociations pour améliorer les carrières et prendre des mesures générales pour les salaires, notamment en revalorisant le point d’indice, dans une situation d’effondrement du niveau des rémunérations des agents publics.
La loi de transformation de 2019 avait déjà durement attaqué la fonction publique en y introduisant des dispositifs inspirés du secteur privé mais surtout en consacrant le recours accru aux emplois précaires et le sabotage du paritarisme avec pour conséquence l’affaiblissement de la capacité des syndicats représentatifs à défendre les droits des personnels.

Le gouvernement veut aller encore plus loin puisque le président de la République a annoncé un nouveau projet de loi, qu’il qualifie « d’historique » pour la fonction publique visant selon lui à mieux reconnaître le « mérite ». Il s’agit en réalité d’un système de primes réservées à quelques-uns au détriment d’une vraie revalorisation salariale pour toutes et tous en particulier les personnels les plus précaires, une revalorisation qui soit prise en compte pour le calcul de leurs retraites.
C’est aussi une attaque en règle contre les statuts qui deviennent de plus en plus marginaux dans les recrutements et l’équité salariale.
Ce projet de loi intervient dans un contexte plus général d’austérité budgétaire où les services publics sont les grands perdants depuis l’annonce par le ministre de l’économie de 10 milliards de crédits en moins dès cette année et du double probablement l’année prochaine ! Ce sont donc encore des centaines de suppressions d’emplois qu’il faudrait supporter en 2024 et 2025 dans la Fonction publique.

Le pire est donc à craindre en particulier concernant nos conditions de travail déjà fortement dégradées.
D’autres choix sont pourtant possibles pour peu qu’existe la volonté de les faire : augmenter les ressources budgétaires et le nombre d’emplois pour répondre aux besoins de la population au lieu de sacrifier les services publics, tel est le nôtre !
C’est pourquoi nos organisations appellent tous les personnels à faire grève mardi 19 mars et à venir nous rejoindre dans les cortèges à Saint-Denis et Saint-Pierre pour montrer au gouvernement notre refus massif de ces régressions.

Luttes pour l’emploi

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?

Messages

  • "Dette : faire payer les riches et les retraités ?" tel est le titre de ce lundi soir sur France 5 dans la bonne émission "C dans l’air", que je suis régulièrement et que je conseille de regarder, comme celle qui suit aussi, très bien : " C à vous". Taper " www.france5.fr " Demain, mardi 19 Mars, on espère que les travailleurs, fonctionnaires ou pas et surtout les jeunes, futurs citoyens et salariés, bientôt diplômés pour entrer dans le marché du travail local se manifesteront car il faut bien l’avouer, on n’en voit pas vraiment trop, des jeunes, pourtant concernés, comme par exemple en 2023 contre la duré des années de cotisation à faire pour obtenir une retraite "complète", 2 ans de plus pour pas grand chose de plus au final, comment voulez-vous être motivé ? Sans oublier le manque de perspective pour le long terme. C’est grave quand on y réfléchit, c’est comme pour les transports, la pollution qui va avec, les déchets qui s’accumulent, le réchauffement climatique où la Réunion y participe aussi, quel gâchis ! Arthur.