Luttes sociales

Barrages et gilets jaunes : les raisons de la crise toujours là

Retour au premier mode d’action des gilets jaunes

Témoignages.re / 5 mars 2019

Ce lundi, des barrages ont été dressés à Saint-André, à Gillot, à Cambaie, à Saint-Pierre. Ils ne se sont pas installés dans la durée, à la suite de l’intervention des forces de police. Cette action s’est inscrite dans le mouvement des gilets jaunes. Plus de trois mois après le lancement de cette protestation, les revendications n’ont toujours pas été satisfaites. Et depuis le 1er mars, les prix des carburants et du gaz ont de nouveau augmenté.

JPEG - 106.7 ko
Photo d’archives

Ce lundi matin, des gilets jaunes ont choisi de revenir au mode d’action de la seconde quinzaine de novembre en dressant des barrages à la Cocoteraie à Saint-André et à Gillot. Ils ont été levés dans la matinée à la suite de l’intervention des forces de police. Le réseau routier a connu d’autres perturbations à Saint-Pierre, Saint-Louis, Saint-Paul et Le Port à cause de barrages, ou d’obstacles déposés sur la chaussée.

A Saint-André, après avoir été délogés de leur barrage, les manifestants ont convergé vers le commissariat de Saint-André pour demander la libération d’un des leurs. Ce dernier est sorti libre dans l’après-midi.

Cette mobilisation a rappelé que plus de trois mois après l’importation du mouvement des gilets jaunes à La Réunion, rien n’a été réglé. La revendication de lutte contre la vie chère est d’autant plus d’actualité que depuis le 1er mars, les prix du gaz et des carburants sont repartis à la hausse. Or à La Réunion, tous les transports à l’intérieur de l’île utilisent comme énergie des carburants importés.

Les promesses gouvernementales sont loin d’avoir produit leurs effets. Les raisons du mouvement sont donc toujours là.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Propositions suite à cette affaire qui se poursuit :

    - faire en sorte que le département-région soit autonome en énergie grâce à Dame Nature qui a fait en sorte qu’il y ait soleil, volcan, alizés, soit, tout ce qui existe de local, gratuit et inépuisable. Que l’on supprime l’importation de pétrole, gaz, charbon pour au final polluer encore davantage tout ça pour chauffer de l’eau, faire cuire du riz qui fait grossir. Quand il y en a trop lui aussi. Ras le bol (de riz)la pollution, comme le gliphosate pour empoisonner les sols, les napes phréatiques, puis l’Océan. Stop.

    - relancer le beau projet de train, un TER-PEI, électrique cette fois, créateur d’emplois durables (vente, conduite, maintenance...) donc propre, sans fumée comme les véhicules, diésels notamment, qui dispersent des dans leur fumée, des micro particules, non pas élémentaires mais cancérigènes pour nos poumons et ceux de nos enfants, nés ou à naitre.

    - montrer l’exemple, écouter les jeunes, s’ils se manifestent, comme les lycéens au sujet du réchauffement climatique.

    - créer des emplois car même diplômés, il y a pas vraiment de perspective, ceux, celles qui trouvent du travail sont soit trop souvent précaires, soit sous employés donc aussi sous rénumérés, quel gâchis, vous ne trouvez pas ?

    - réduire les prix, faire comme EDF qui vend ses Kwh au même prix partout. Normal, égalité citoyenne.
    Ce n’est pas normal maintenant que c’est possible, grace à la Tv TNT de voir les prix métropolitains comme pour les voitures, par exemple, quelle marge fantastique qui du coup fait éloigner ceux,celles qui n’ont pas les moyens !!!!!

    - que l’on cesse de passer les contrôles des papiers comme les étrangers lorsqu’on arrive à Orly alors que tous les passagers ont été déjà contrôlés à Gillot. Quelle perte de temps inutile encore, comme dans les sempiternels bouchons routiers bien polluants, surtout quandcomme moi, si peux d’autres, on est en vélo, en remontant les files de camions, bus, voitures, moteurs au ralenti, air chaud, bruyants, fumées sales, beurk ! ! ! ! ! Arthur qui tousse et il n’est pas seul.
    Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?