Luttes sociales

CCI Réunion : appel à la grève contre le plan de licenciements

Les travailleurs ne doivent pas payer le creusement du deficit

Témoignages.re / 20 janvier 2018

La gestion de la CCIR a amené un important déficit que sa direction entend combler en faisant payer les travailleurs. La CGTR lance la mobilisation contre le plan de licenciement envisagé et met les élus face à leurs responsabilités : appel à une mobilisation le 30 janvier pour une grève reconductible.

JPEG - 40.7 ko

« Pour notre honneur, d’agents publics, pour l’honneur du service public aux entreprises, la grève est nécessaire parce que la lutte des classes, ce n’est pas une idée, c’est une réalité consulaire !

Monsieur le Président, nous renouvelons notre demande de voir s’ouvrir de véritables négociations en vue du règlement des revendications portées, à savoir :

- L’abandon du « plan social »

- La liste des efforts consentis par les membres élus dans la réduction des dépenses : billets d’avions, frais de missions, frais de déplacements, GSM, cocktails, restaurants et autres à préciser…, compte tenu de la baisse de la TFC (Taxe sur Frais de Chambre) « qui représente pour notre institution un montant entre 800 000 et 1 000 000 d’euros. » (cr. V/Note de service N° 26/2017 du 13.12.17)

Face au plan social envisagé, le ras-le-bol est général, les travailleuses et les travailleurs refusent de servir de variable d’ajustement et de chair à patron.

Pour dénoncer cet état de fait et exiger de l’employeur et de la direction de notre Compagnie consulaire l’arrêt immédiat de la transformation de notre entreprise de service public en machine à broyer les femmes et les hommes qui s’engagent et se dévouent avec succès, mais sans aucune reconnaissance des “décideurs”, pour le développement des entreprises et de notre territoire La Réunion, notre Syndicat appelle à une première journée de mobilisation le 30 janvier 2018 pour une grève reconductible.

Nous nous mettrons en grève pour faire échouer ce plan mortifère visant la soumission pleine et entière d’agents publics au bon vouloir d’un certain patronat.

Pour le SGPCAR CGTR,
Corine RAMOUNE,
Déléguée syndicale et Secrétaire Générale »