Luttes sociales

CGTR : « France Relance : encore 100 milliards pour les entreprises et les actionnaires »

Appel à la lutte pour changer de politique

Témoignages.re / 7 septembre 2020

Dans un communiqué, la CGTR constate que le Plan de relance post-COVID est une nouvelle aide pour les patrons sans contrepartie en création d’emplois. Le syndicat revendique au contraire des emplois pérennes, une hausse des salaires, une diminution du temps de travail, de l’argent pour la construction de logements et les services publics. Il se conclut par un appel à l’action le 17 septembre, lors de la journée de mobilisation interprofessionnelle.

JPEG - 209.3 ko

Après les 100 milliards du cice offerts sur un plateau d’argent au patronat sans aucune contrepartie exigée en création d’emplois, la même recette libérale est aujourd’hui mise en œuvre avec le pompeux « France relance ».

Les milliards annoncés pour les entreprises ne sont assortis, une fois de plus, d’aucunes conditionnalités. Les entreprises seront exonérées d’impôts de production à hauteur de 10 milliards par an et cela sans aucune condition.
La crise sanitaire a plongé des milliers de salariés dans des difficultés financières mais pour eux, aucun allègement fiscal n’est prévu !

L’augmentation annoncée du nombre de contrats aidés Parcours Emplois Compétences (PEC) à La Réunion ne répond en rien aux attentes des milliers de jeunes Réunionnais qui aspirent à construire leur vie avec un emploi pérenne. L’avenir des jeunes ne doit pas se réduire en une immersion dans la précarité !
Rien non plus sur les salaires. Pour la CGTR, la relance de la consommation ne se fera que par une augmentation significative du pouvoir d’achat des salariés avec notamment un SMIC porté à 1800 euros bruts. La baisse du chômage passe aussi inévitablement par le partage du travail et la réduction du temps de travail hebdomadaire à 32 heures.

A La Réunion, la relance passe se fera aussi par le BTP. La construction de logements doit être la priorité. Plus de 20000 demandes sont en attente, un logement construit génère 3 emplois. Et pourtant rien de concret dans « France relance ».

Enfin, la grande oubliée est la fonction publique. La crise sanitaire a mis en évidence l’état de délabrement des services publics, le manque flagrant de personnel et l’absence de proximité. Pour la CGTR, les services publics représentent un atout majeur dans la relance de l’économie. Les emplois statutaires publics doivent être augmentés significativement à La Réunion pour répondre aux besoins de la population et offrir à la jeunesse réunionnaise de véritables perspectives d’emplois durables.

Pour la CGTR, les orientations de « France relance » vont à l’encontre des intérêts des salariés qui vont encore financer ce nouveau cadeau au grand patronat.
Seule la lutte peut mettre un coup d’arrêt à cette politique.
La CGTR exige de nouvelles orientations plus sociales, l’abandon de la réforme des retraites à points et de la réforme de l’assurance chômage.

Le 17 septembre prochain, journée d’action interprofessionnelle, nous défendrons avec l’ensemble de la population un vrai projet de transformation.

CGTR