Luttes sociales

CGTR-Sud : tous ensemble pour le succès du 1er mai

Mobilisation contre la casse sociale

Témoignages.re / 30 avril 2018

Dans un communiqué, la CGTR-Sud rappelle les principaux effets de la politique du gouvernement et appelle à la mobilisation pour le succès de la journée d’action du 1er mai.

JPEG - 68.3 ko

« Cela fait un an qu’un nouveau gouvernement est en place. Il continue dans le sillage de ses prédécesseurs en élargissant les attaques contre les droits sociaux. C’est une offensive sans précédent contre tout ce que la lutte a permis d’arracher pendant plus de 60 ans.

Cela concerne toutes les catégories de la population sauf les plus riches. À l’Université, au lieu d’investir, c’est l’instauration d’une sélection pour accéder à l’enseignement supérieur.

Pour les salariés, ce sont les Ordonnances Macron qui accentuent les reculs de la loi El-Khomri. C’est une autorisation de licenciement abusif, et l’organisation de l’affaiblissement des syndicats.

Ce gouvernement veut aussi la fin du service public, avec la remise en cause du statut des fonctionnaires, la suppression de 120.000 postes et toujours moins de moyens pour ce qui est un rempart contre les inégalités. C’est inadmissible.
Ceci a déjà d’importantes conséquence pour la santé, avec les suppressions d’emploi au CHU de La Réunion, et la dégradation de l’accès aux soins pour les Réunionnais. C’est inacceptable.

Cette politique favorise le chômage, et ce sont les travailleurs privés d’emploi qui font l’objet d’une nouvelle campagne visant à les culpabiliser. C’est une nouvelle injustice.

Les retraités sont aussi la cible de cette politique, avec des pensions insuffisantes, et pour ceux qui ont la possibilité d’avoir un montant suffisant pour vivre, une nouvelle ponction à cause de la hausse de la CSG.

Pour toutes ces raisons, la CGTR-Sud appelle au plein succès de la manifestation du 1er mai à Saint-Denis. Elle donne rendez-vous à 9 heures au Jardin de l’État.

Tous ensemble, faisons reculer le gouvernement et partons à la conquête de nouveaux droits.

Max Banon, secrétaire général CGTR Région Sud »