Luttes sociales

CGTR Transport et coronavirus : « Non à la propagation du Covid-19 »

Nouvel appel à la vigilance

Témoignages.re / 28 mars 2020

Les commerces alimentaires toutes tailles confondues doivent mettre en place rapidement un protocole chargement et déchargement afin d’éviter la propagation de ce virus, souligne la CGTR Transports, qui souligne que dans toutes les activités les salariés doivent être équipés de matériels de protection suffisant et adapté à chaque situation.

JPEG - 87.4 ko
Photo Toniox

Le syndicat CGTR des travailleurs de transport de marchandise et activités auxiliaires de transport demande à ses adhérents d’être vigilent et d’être acteur dans leurs entreprises et leurs secteurs d’activités en veillant à la mise en place de mesures exceptionnelles pour la prise en compte des conditions hygiènes et de sécurité liées au Covid 19.

Il est de notre devoir de continuer à transporter les malades, à livrer les produits de premières nécessités tout en préservant la santé de tous.

Pour rappel, le protocole de sécurité a pour but de coordonner les mesures de prévention et de sécurité entre une entreprise d’accueil et une entreprise de transport, d’échanger des informations utiles et d’évaluer les risques générés par les opérations de chargement ou de déchargement. C’est une obligation réglementaire visée par les articles R.4515-1 à R.4515-11 du code du travail.

La majorité des magasins alimentaires dans l’ile ne respecte pas cette obligation en situation normale.

Les commerces alimentaires toutes tailles confondues doivent mettre en place rapidement un protocole chargement et déchargement afin d’éviter la propagation de ce virus.

Dans les transports de marchandises, nous demandons que les chargements et déchargement se réalisent comme on le dit dans le jargon (au cul du camion) et ainsi limiter les contacts physiques

Dans toutes les activités les salariés doivent être équipés de matériels de protection suffisant et adapté à chaque situation (masque, gant, gel hydroalcoolique, savon, visière anti projection, combinaison etc…)

Dans les jours à venir, si des mesures dans ce sens ne sont pas prise nous relayerons et demanderons aux salariés du secteur d’exercer leur droit de retrait individuelle en cas de risque grave et imminent comme le prévoit la loi.

Le secrétaire général
Patrick Grondin