Luttes sociales

CHU Réunion : suspension de la suppression du versement de l’indexation des primes

Face à la mobilisation, l’État organisera la concertation

Manuel Marchal / 12 mai 2018

Hier, à l’initiative de plusieurs syndicats, le personnel du CHU de La Réunion s’est mobilisé dans les rues de Saint-Denis. Les manifestants protestent contre la suppression de l’indexation de certaines primes. Après une rencontre à la préfecture hier après-midi, cette décision a été suspendue dans l’attente du résultat de négociations qui doivent commencer lundi.

JPEG - 73.6 ko

La mobilisation du personnel du CHU de La Réunion a connu hier une étape nouvelle. Rappelons que le plan d’austérité présenté par la direction et accepté par le ministère prévoit des suppressions de poste. C’est dans ce contexte qu’est intervenue la décision de supprimer l’indexation de certaines primes perçue par les agents de la fonction publique hospitalière. Plus de 6.000 personnes sont concernées par une baisse de salaire comprise entre 40 et 300 euros. Elle touche la prime de service, l’indemnité de sujétion spéciale, la prime de sujétion spéciale, la nouvelle bonification indiciaire, l’indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires, la prime de technicité ingénieurs et le supplément familial de traitement.

Cette décision fait suite à une recommandation de la Cour des comptes en date de 2015. Cette dernière a indiqué que rien ne permet de justifier légalement l’indexation. La CFTC rappelle que face au déficit du CHU, la suppression de l’indexation n’est qu’une « mesurette » qui ne règlera rien. À cela s’ajoute le fait qu’elle est prise sans concertation avec les personnes concernées, comme l’indiquait un communiqué du PCR diffusé lundi dernier. C’est une remise en cause inacceptable car unilatérale du contrat liant un agent à un service public.
La direction du CHU a choisi d’appliquer cette suppression. Les syndicats ont donc organisé la mobilisation. Elle a commencé par une opération escargot à Saint-Denis entre l’hopital de Bellepierre et le siège de l’ARS au Moufia où une délégation a été reçue par le directeur régional de la Santé et le directeur du CHU. La manifestation s’est ensuite dirigée vers la préfecture. Les agents ont occupé la place du Barachois, ce qui a conduit au blocage de la circulation sur la route nationale du front de mer.

Une délégation a été reçue par le représentant de l’État. Les discussions ont abouti sur la suspension de la baisse de salaire, et l’ouverture de négociations qui commenceront lundi. C’est au terme de cette table ronde qu’une décision définitive sera alors prise.

M.M.