Luttes sociales

Conseil consultatif citoyen de la Région Réunion : où est la transparence demandée par les gilets jaunes ?

Manuel Marchal / 12 décembre 2018

JPEG - 94.4 ko

Depuis le 17 novembre et le déclenchement du mouvement des gilets jaunes, la parole s’est libérée. Sur les barrages, sur les ondes, sur Internet ou dans la Maison du peuple réunionnais, des personnes issues de toutes les couches sociales s’expriment. Elles font partager leurs conditions de vie et leurs légitimes revendications. Elles ont également fortement appelé à une évolution du fonctionnement du système démocratique en place à La Réunion.

En effet, ces dernières années ont vu une forte progression de l’abstention aux élections. Aux premiers tours des départementales, régionales, de la présidentielle et des législatives, plus de la moitié des électeurs ont refusé de participer au scrutin. La mobilisation de ces trois dernières semaines a montré un grand intérêt pour les questions politiques de la population. Il y a donc une discordance entre le taux de participation aux élections, et l’envie des citoyens à participer au débat démocratique.

Les revendications portent notamment sur une plus grande implication des citoyens à la prise de décision. Le 30 novembre dernier, Didier Robert a fait la proposition de créer un Conseil consultatif citoyen. Le 4 décembre, le président de Région a réitéré sa proposition devant une délégation de gilets jaunes des quartiers de Vauban, des Camélias et de la Source. Il a demandé à ce que les contours de cette instance soient définies par les gilets jaunes, afin que cette nouvelle instance puisse fonctionner dans les 3 mois.

Hier, une première réunion s’est tenue dans la salle de l’assemblée de la Région Réunion. Témoignages n’était pas invité. A-t-il été le seul média boycotté ? Comment expliquer que la première rencontre visant à la création de ce Conseil consultatif citoyen n’ait pas fait l’objet d’une grande publicité, à la hauteur d’une autre revendication exprimée par les gilets jaunes : la transparence.

Mais faut-il s’en étonner ? Le message des gilets jaunes est très clair : plus rien ne doit être comme avant. Cela suppose que les initiatives visant à l’expression du mouvement doivent provenir des acteurs de la mobilisation. Il appartient aux gilets jaunes de s’organiser afin d’arriver à la construction d’une plate-forme pour structurer le mouvement. Toute initiative allant à l’encontre de cette dynamique ne manquera pas d’être interprétée comme celle de personnes désespérément accrochées aux privilèges que leur apporte un système à bout de souffle.

J.B.