Luttes sociales

Crise sociale à La Réunion : initiatives et propositions du Parti communiste réunionnais (PCR) ces derniers mois

Mouvement social à La Réunion

Témoignages.re / 25 novembre 2018

Depuis maintenant le 17 novembre, La Réunion est paralysée par un mouvement social sans précédent. Depuis plusieurs mois, le Parti communiste réunionnais fait entendre une voix de propositions pour sortir par le haut de cette crise inévitable qui ne pourra pas être réglée par le cadre actuel. Voici donc le rappel de plusieurs interventions publiques adressées aux médias par le PCR au cours de ces derniers mois :

JPEG - 141.7 ko

Communiqué du 27 août 2018 : pour une autre politique des prix et des revenus et l’augmentation des retraites

« Le Premier ministre a annoncé hier dans « le Journal du Dimanche » les grandes orientations du projet de loi sur le Budget 2019.
Les allocations logement, familiales et les retraites vont de nouveau être la cible de l’austérité. Le chef du gouvernement a en effet annoncé qu’elles ne seront augmentées que de 0,3 % en 2019, et 0,3 % en 2020. C’est donc un quasi-gel de ces prestations sociales.
Ce sont de nouvelles mesures qui vont faire payer aux plus fragiles le plus lourdement le prix de la crise, car dans le même temps, l’État se prive de milliards d’euros provenant des plus nantis en diminuant leurs impôts.
Pour le PCR, c’est une politique qui ne pourra qu’appauvrir les Réunionnais. Ce sont parmi les retraités que se trouvent une grande partie des personnes vivant sous le seuil de pauvreté, en raison d’un système de retraite qui les condamne à des pensions trop faibles.
Le quasi-gel des pensions aura des conséquences accentuées par un coût de la vie plus élevé qu’en France, alors que le calcul du montant des prestations sociales est calculé en fonction de la situation de la France, qui n’est pas celle de La Réunion.
Le PCR propose une autre politique. C’est tout d’abord de déterminer l’écart du coût de la vie entre La Réunion et la France et d’appliquer ensuite ce différentiel à tous les salaires ainsi qu’aux prestations sociales. A cela s’ajoute une nécessaire revalorisation des pensions de retraite, afin qu’aucun de nos aînés ne soit contraint de vivre sous le seuil de pauvreté. »

Conférence de presse du 9 octobre : pour une conférence territoriale élargie aux syndicats

« Le PCR revendique un plan global et cohérent permettant de concilier l’appartenance à l’Europe tout en préservant les intérêts de La Réunion dans son intégration géographique. « Il serait irresponsable de se tourner vers Paris, nous proposons la réunion d’urgence de la Conférence territoriale, instance légitimée par les textes, avec la Région, le Département, les parlementaires, élargies aux forces vives de La Réunion notamment les syndicats et les maires.
Sa mission serait de faire le bilan depuis 1946, d’établir un constat sur la situation actuelle, qui devrait aboutir sur la nécessité d’une nouvelle politique. « Cette Conférence territoriale élargie aurait comme but d’élaborer un plan de développement durable et solidaire intégrant l’insertion régionale ». « Pas besoin de demander à Paris pour réunir cette conférence territoriale », précise Maurice Gironcel.
Yvan Dejean précise que cette instance peut demander des adaptations de la loi notamment. »

Note remise à la ministre des Outre-mer le 27 octobre (extrait) : pour une conférence de toutes les forces vives

« Il appartient aux Réunionnais et Réunionnaises de débattre des conditions de sortie de cette crise qui dure et s’aggrave, dont souffre particulièrement 43 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté ainsi que 29 % de chômeurs. Aux Réunionnais et Réunionnaises d’élaborer un plan qui n’occulte aucun aspect. Aux Réunionnais et Réunionnaises de définir les conditions tant matérielles que règlementaires pour réaliser ce plan. Aux Réunionnaises et Réunionnais d’assumer leur responsabilité. Ce serait irresponsable de leur part de tout envoyer sur le gouvernement en attendant que ce dernier décide à leur place.
La Conférence Territoriale de l’Action Publique (CTAP) prévue par la loi N.O.T. Re est un cadre adéquat pour organiser les débats que nous préconisons, à condition qu’elle soit ouverte aux forces vives de la société, syndicats, acteurs associatifs et culturels… N’ayons pas peur de débattre. Rejetons les préjugés. Soyons des Réunionnais et Réunionnaises responsables.
Les conclusions de cette CTAP élargie seront remises au gouvernement afin d’étudier conjointement les conditions de leur faisabilité et de leur mise en œuvre. La synthèse fera l’objet d’une application sur une génération ou deux.
Pour le Parti Communiste Réunionnais, le gouvernement doit entendre le besoin de responsabilité que réclament de plus en plus de Réunionnais et Réunionnaises, face à la dégradation de la situation économique, sociale et environnementale. »

Communiqué de presse du 15 novembre : « Le PCR appelle à la responsabilité, en période de crise aiguë »

« Aujourd’hui, tous les indicateurs sociaux, économiques, environnementaux montrent que l’impasse est totale. Les manifestations sporadiques importées ou locales illustrent l’aggravation de la crise. Les visites ministérielles médiatisées à outrance exacerbent les frustrations. Le ras le bol gagnent toutes les couches sociales et peut exploser n’importe où et sans prévenir. Enfin, de plus en plus de gens se réfugient dans l’abstention lors des élections sans lendemain.
Il faut en finir avec le régime neo-colonial qui n’a que trop duré. Le PCR est disponible pour discuter sérieusement entre Réunionnais, sans exclure aucun acteur, pour élaborer la solution de sortie de crise. C’est la méthode responsable si l’on veut aller au-devant des mécontentements légitimes qui s’exprimeront de multiples façons ce 17 novembre. C’est la seule méthode pour redresser les coups partis et s’attaquer résolument aux contradictions de notre société. »

Communiqué du 19 novembre : « Quand la crise devient aiguë, la seule solution est la RESPONSABILITÉ »

La Réunion est paralysée. C’est la détresse du peuple qui n’en peut plus de toujours payer sans retour, sans amélioration de ses conditions de vie. Tout augmente et rien ne semble arrêter les décideurs politiques et économiques dans leur quête de nouvelles recettes. Il faut entendre la population et prendre les mesures qui s’imposent. Le peuple Réunionnais également est au prise avec des problèmes qui ne cessent de s’aggraver : le chômage, la cherté de la vie, la pénurie de logement, les difficultés de déplacement ….Ces problèmes nécessitent des solutions immédiates et des solutions à long terme.
Tout ceci montre l’urgence des propositions suivantes :
1-Le PCR demande de réunir d’urgence un Conseil Territorial de l’Action Publique (CTAP) ouvert au mouvement de contestation, aux associations, aux syndicats, aux organisations politiques et aux élus. L’objectif est d’élaborer de manière consensuelle un plan global et cohérent devant répondre à la gravité de la situation dans tous les domaines.
2-En attendant, le PCR demande de rétablir une de propositions phares de COSPAR prise en 2009 : le versement immédiat de 150 euros par mois pour compenser la vie chère, prime étendue aux travailleurs privés d’emploi et aux retraités. Cette prime a été versée durant 3 ans et ensuite elle a été supprimée par des gouvernements qui ont sous estimé l’ampleur de la crise. Or, ce sont les travailleurs qui subissent directement les augmentations des impôts, taxes et redevances.
Le PCR réitère sa disponibilité pour agir dans l’urgence. La situation s’est terriblement dégradée hier. Il est nécessaire de faire des gestes significatifs car autrement, les actions seront de plus en plus incontrôlables. L’usage de la répression contre des manifestants ne réglera rien.

Communiqué du 23 novembre : « Le PCR demande la venue de la Ministre dès ce week-end »

« Le mouvement de blocage initié par les « gilets jaunes » dure maintenant depuis le 17 novembre.
Les revendications exprimées à cette occasion tant par les « gilets jaunes » que par les forces vives sont légitimes et méritent des réponses urgentes.
Nous avons appris que Madame Annick Girardin, Ministre des Outre-Mer, a annoncé sa venue dans quelques jours à La Réunion.
Nous saluons cette décision après une semaine de blocages.
Toutefois, la situation exceptionnelle que nous connaissons doit faire prendre conscience à la Ministre que sa venue ne saurait être plus longtemps différée.
C’est la raison pour laquelle nous demandons sa présence dès ce week-end à La Réunion afin de permettre la reprise du dialogue et de trouver, ensemble, des solutions. »