Luttes sociales

Gilets jaunes : Paul Vergès doit bien rigoler

Paul Dennemont / 26 novembre 2018

JPEG - 47.7 ko
Paul Vergès lors de sa dernière conférence de presse, le 19 octobre 2016.

Paul Vergès, là où il est, s’il pouvait lire la presse locale et écouter les médias péi, doit bien rigoler. Et pour cause, combien de fois le fondateur du PCR avait-il tenu des conférences de presse pour livrer son analyse sur la situation catastrophique de la Réunion, la détresse de la population, évoquant les signes annonciateurs de lendemain qui déchanteront et prévenir que l’explosion sociale était à notre porte, si des solutions n’étaient apportées aux graves problèmes auxquels sont confrontés les Réunionnais.
A cette époque, certains médias, mais pas seulement, l’avaient traité de démagogue, l’avaient accusé de souffler sur la braise, ou tout simplement raillé, comme ce fut le cas quand il avait posé la question concernant le réchauffement climatique.

Aujourd’hui, force est de constater, que ces mêmes médias, sans citer Paul Vergès, sont obligés de se rendre à l’évidence : que le fondateur du PCR avait une fois de plus raison, avant tout le monde. Les analyses qu’ils font suite aux graves évènements qui secouent la Réunion, sont les mêmes que celles faites de nombreuses fois par Paul Vergès, avant sa disparition.

Paul Vergès s’en est allé en 2016. On ne pourra pas lui reprocher d’avoir été à l’initiative de cette explosion sociale de la semaine écoulée. Elle est là. Mais il aura été, qu’on le veuille ou non l’annonciateur. Certains observateurs, souvent donneurs de leçons, doivent aujourd’hui avoir le « rire jaune ».

Paul Dennemont