Luttes sociales

Grève à la Poste : l’Intersyndicale réagit à l’échec des négociations

Dialogue social toujours pas renoué

Témoignages.re / 13 mars 2020

La rencontre entre l’Intersyndicale de La Poste et la Direction régionale a tourné court hier. Les syndicats affirment que la direction refuse de discuter du pouvoir d’achat, un des points inscrits dans le préavis déposé le 18 février dernier, et a quitté la salle sans vouloir discuter des autres points. Aucune avancée donc alors que la grève a commencé depuis le 5 mars, avec déjà une conséquence importante : les plis électoraux ne pourront être distribués en totalité avec le premier tour des municipales prévu dimanche.

JPEG - 35.3 ko

Dans un communiqué diffusé hier, l’Intersyndicale (CGTR FAPT — CFDT S3C — UNSA-POSTES REUNION — SUD PTT REUNION) rappelle qu’elle a déposé le 18 février 2020 à la DEX OM (Direction Exécutive Outre-Mer) un préavis de grève illimitée débutant le 5 mars 2020.
« Notre préavis est constitué de plusieurs revendications qui portent sur la qualité de service public, notamment, l’emploi, les conditions de travail, les offres sociales, le pouvoir d’achat et les spécificités des postier-e-s de La Réunion », précisent les syndicats.

« Aujourd’hui, le 12 mars 2020, l’Intersyndicale a été reçue pour la deuxième fois en réunion de négociation par la Direction régionale. Le Directeur régional, mécontent du fait que l’Intersyndicale ait refusé d’exclure le point concernant le pouvoir d’achat du préavis de grève, a quitté la table des négociations, sans même vouloir avancer sur les autres points afin de sortir de ce conflit », affirme l’Intersyndicale.
Les syndicats font part des conséquences du blocage des négociations : « les plis électoraux ne seront pas distribués en totalité ». Pour l’Intersyndicale, la Direction régionale en est responsable.

Par ailleurs, le communiqué accuse La Poste de ne pas respecter « la mission de service public contractée avec l’Etat » : « les colis et les courriers ne sont pas distribués tous les jours » ce qui va à l’encontre du service universel postal qui « comprend notamment une levée et une distribution 6 jours sur 7 sur l’ensemble du territoire national. » « La Poste ne dispose pas de moyens humains nécessaires pour respecter ses contrats avec ses clients », conclut l’Intersyndicale qui annonce une conférence de presse à 11 heures devant la préfecture.