Luttes sociales

L’énergie de l’île

Notre jeunesse

Jean Fabrice Nativel / 11 juillet 2009

Cette semaine a été marquée par la présentation d’un projet pour dessiner l’avenir de la jeunesse réunionnaise, la détermination des assistants d’éducation à se battre pour obtenir le renouvellement de leur contrat de travail et la venue du Premier ministre. Ces AE, on se souvient, ont été dégagés du jardin de la Préfecture en fin de semaine dernière par les forces de l’ordre car ils étaient une ombre à cet espace vert à deux jours de la venue de François Fillon. Pourtant aux transporteurs qui bloquaient le Conseil régional avant-hier, on n’a pas jugé nécessaire d’envoyer les forces de l’ordre. Pourquoi ça ?

Textes Jean-Fabrice Nativel

« Fin de contrat pour 348 assistants d’éducation »

Au lendemain du lundi 31 août, « 348 assistants d’éducation de l’Éducation nationale voient leur contrat de travail arriver à terme ». « L’année prochaine ce sera autour de 1.500 ». Dresse ce constat alarmant Marie-Doriane Dijoux –présidente de l’association des Assistants d’éducation- qui hier après-midi a pu enfin rencontrer le Premier ministre à la suite qu’il lui ait marché sur le pieds –« dans cet accident aucun dommage corporel mais matériel car Marie-Doriane Dijoux y a laissé sa chaussure ». Un brin d’humour dans une situation difficile !

Au chef du gouvernement, elle lui a expliqué « les AE souhaitent garder le même emploi, le même salaire et non être des fonctionnaires ». À ces précaires avant-hier matin « un conseiller du Premier ministre nous a dit avoir des solutions à nos situations respectives : le gel des recrutements en cours et le renouvellement des contrats de travail de ces AE au même poste », tient-elle à préciser et d’insister sur la présence « du député et maire du Tampon » à cette occasion. Dans l’après-midi l’issue d’une autre rencontre avec cet idem conseiller –qui recevait d’autres représentants des AE-, allait déboucher sur une impasse.

On a comme une impression de tourner en rond quand on regarde d’un peu plus près cette affaire de ces employés de l’Éducation nationale. D’un jour à l’autre, les avis se contredisent, une manière de gagner du temps et de faire douter ces AE quant à leur avenir. Sur celui-ci, ils comptent interpeller les élus pour qu’ils se positionnent une bonne fois pour toute sur leur devenir.


Leur avenir entre les mains des conseillers

“Nou le kapab ! : 1.000 projets pour l’avenir des jeunes réunionnais" a été présenté cette semaine. Ce document est un élément de réflexion et de propositions d’emplois, de perspectives la jeunesse réunionnaise quant à leur avenir. Élaboré à la suite de rencontres, il a été remis « au conseiller politique du Premier ministre en charge de l’éducation, de l’enseignement et au conseiller politique du Préfet –de La Réunion- en charge de l’insertion professionnelle », fait par Gilles Leperlier membre de ce collectif composé des jeunes, des pères et mères, des personnes à la recherche d’un emploi, de diplômés, d’employés… L’accueil réservé à ce projet par le conseiller politique de François Fillon a été plutôt mitigé -il en fera un rapport à son supérieur-, celui du Préfet semble favorable. Aujourd’hui au Tampon, ce collectif fait le bilan de cette semaine.