Luttes sociales

L’impact de la surrémunération

La Réunion toujours en tête des inégalités

Témoignages.re / 31 octobre 2018

En moyenne, les chefs d’entreprise, professions libérales et cadres du privé gagnent plus qu’en France. Ceci appuie une thèse selon laquelle la surrémunération servie aux titulaires de la fonction publique est devenue l’étalon pour les personnes les mieux payées du privé. Pendant ce temps, c’est le SMIC qui est le salaire de nombreux travailleurs du privé et du public. Salaire plus élevés qu’en France pour les mieux payés et le SMIC de France pour les moins nantis : La Réunion est toujours en tête des inégalités.

JPEG - 54.7 ko

L’étude de l’INSEE souligne l’impact de la surrémunération, qui détermine l’écart des salaires entre les titulaires de la fonction publique en poste à La Réunion et leurs homologues de France. Elle met aussi en évidence une autre différence : à La Réunion, les cadres sont mieux payés qu’en France.

C’est là aussi un autre impact de la surrémunération, qui est devenue un étalon pour les plus haut salaires du privé. Voilà qui relance le débat sur la question du recrutement des cadres à La Réunion. Le Salon de l’emploi à Paris avait vu des filiales réunionnaises aller chercher des cadres en France pour occuper des postes à La Réunion. Le constat statistique que le salaire des cadres du privé sont plus élevés qu’en France amène à s’interroger. N’est-ce pas le maintien d’un régime d’expatriés comme l’était à l’origine le supplément colonial versé dans la fonction publique afin d’attirer les vocations dans des pays où l’espérance de vie était alors proche de 50 ans, 20 ans de moins qu’en France à l’époque.

Une conséquence de la « surrémunération étalon » est de plus grande inégalités de salaires dans le privé et le public. Dans le privé, c’est le SMIC qui sert de base, et c’est le même qu’en France. L’INSEE y relève des salaires plus faibles qu’en France en moyenne en raison d’un tissu où les très petites entreprises sont l’essentiel de l’activité économique. L’institut constate également qu’en 2015, les administrations avait bien plus recours à des emplois aidés à La Réunion qu’en France. Là aussi, c’est le SMIC la référence.

Les montants cités donnent le tournis. Dans le privé, les chefs d’entreprise et les plus hauts cadres gagnent en moyenne 3900 euros par mois, tandis que le salaire moyen d’un titulaire de la fonction publique est de 3300 euros par mois. C’est plus de 7 fois le montant du RSA socle touché par une personne seule.