Luttes sociales

La politique de l’emploi aux Réunionnais

Sortir de l’application mécanique de textes qui ne règlent rien

Manuel Marchal / 11 janvier 2018

Sur la base d’une analyse de la situation française, le gouvernement propose des mesures très contestées visant les chômeurs, alors que dans le même temps il permet aux patrons de licencier plus facilement. C’est d’une autre politique de l’emploi que les Réunionnais ont besoin, la plus adaptée à la situation de leur pays et donc proposée et mise en œuvre par les Réunionnais.

JPEG - 43.7 ko

Au cas où les syndicats et les patrons n’arrivent pas à se mettre d’accord sur l’évolution de l’assurance chômage, le gouvernement peut dégainer un plan qui culpabilise encore les travailleurs privés d’emploi. Christophe Ramaux, économiste et maître de conférences, a donné hier son point de vue sur l’idée selon laquelle le chômage diminuera si les chômeurs sont encore plus contrôlés avec un durcissement des sanctions. Voici ce qu’il a déclaré à nos confrères de l’Humanité dans un article publié avant-hier :

« C’est proprement indécent. On accuse les chômeurs en laissant entendre que, s’il y a du chômage, c’est parce qu’ils le veulent bien. La mesure est mesquine car l’écrasante majorité d’entre eux n’aspire qu’à une seule chose : travailler ; pour des raisons financières mais aussi de dignité. Le chômage résulte d’une responsabilité sociale, de la responsabilité gouvernementale. Il est inconvenant de transférer le poids de cette faute sur les épaules des chômeurs.

Nous avons un problème de création d’emplois qui dépend de la politique macroéconomique du gouvernement. Il faut insister là-dessus : le gouvernement est dans la diversion permanente ; il détourne l’attention des vrais enjeux. Par ailleurs, ces mesures vont inciter les chômeurs à accepter des emplois précaires. Le projet libéral du gouvernement repose sur l’idée qu’on ne peut plus offrir le plein-emploi, et que la seule chose que la société puisse viser, c’est de contraindre les gens à accepter des miettes de travail. Et en effet, sur le papier, si vous obligez tous les chômeurs à travailler deux ou trois heures par semaine, vous n’avez plus de chômage… »

Plus encore qu’en France, le durcissement des mesures contre les chômeurs ne créera pas d’emploi. Cela fait des dizaines d’années que toutes les politiques mises en œuvre échouent en raison de mesures qui ne sont pas adaptées à la réalité de notre île. Ceci renforce donc l’idée qu’à La Réunion, c’est aux Réunionnais de mener une politique de l’emploi propre à leurs contraintes. Ainsi la compétence de la politique de l’emploi doit être une responsabilité assumée par les Réunionnais.

M.M.