Luttes sociales

Le 05 décembre, journée contre la précarité, pour l’emploi et la conquête de nouveaux droits pour tous

Communiqué de la FAPT CGTR

Témoignages.re / 3 décembre 2020

Travailler mieux, travailler moins, travailler toutes et tous, oui c’est possible !

Au regard de la situation dans les entreprises de notre secteur dont La Poste où CDD, intérim, sous-traitance, alternance deviennent la règle pour les dirigeants, il est nécessaire d’agir pour inverser cette tendance. Nous avons besoin d’emplois permanents, stables et qualifiés, en nombre pour inverser cette logique de dumping social.
Nous devons lutter contre la précarité et gagner des emplois pérennes et à temps complets permettant aux salariés de vivre dignement et de bénéficier de mêmes droits et garanties.

Le recensement des besoins par métier, par entreprise !

Combien d’emplois et de créations de positions de travail sont nécessaires afin d’effectuer un travail de qualité et dans les meilleures conditions ? Combien manque-t-il d’emplois pour satisfaire nos demandes de congés ? Combien de cadres, de managers sont nécessaires pour animer une équipe, aider, orienter, conseiller les salariés à partir d’une expertise collective et commune permettant de mieux mesurer le sens et le contenu de leur travail ? De quel service de ressources humaines a-t-on besoin, de service médical et social réellement à l’écoute des salariés avec les positions de travail et les emplois nécessaires en terme de prévention au plus près de la santé et sécurité des salariés ?

Précarité : le Groupe la Poste met le paquet !

La Poste annonce, à « Grand coup de communication » , le recrutement de 9.000 CDD pour faire face à l’accroissement de la charge de travail en cette fin d’année.
Combien à La Poste de La Réunion ?
Aucune information.

Si les 9.000 recrutements peuvent paraître comme une bouffée d’oxygène aux yeux du PDG du Groupe La Poste, c’est oublier que nous avons subi autant de suppressions d’emplois de 2018 à 2019 ! 15 000 emplois supprimés à La Poste maison-mère ces deux dernières années. A la Poste de La Réunion près de moins 150 Postièr-es entre 2018 à 2020.
Le dumping social est une réalité dans le Groupe La Poste, l’emploi est plus que jamais utilisé comme variable d’ajustement avec une tendance forte au développement d’emplois précaires (CDD, intérim, sous-traitance ...) au détriment de l’emploi stable à temps plein.
Les contrats d’apprentissage, de professionnalisation, etc, qui sont détournés de leur réel objectif de formation pour servir de force de travail permanente, ce qui est complètement inadmissible !

Il n’y a pas de limites à la recherche de profit !

La CGT est engagée dans la procédure contre la SA LA Poste, personne morale, à nouveau condamnée en appel pour prêt illicite de main d’œuvre et marchandage suite au décès d’un chauffeur-livreur de la société DNC Transport, sous-traitante de la Poste via son agence Colis Poste d’Ile de France. En organisant cette sous-traitance, le but recherché par la SA La Poste était d’organiser la distribution des colis à moindre coût et d’avoir de la main d’œuvre bon marché « bon marché » tout en s’exonérant des contraintes du contrat de travail.

Dans le secteur des télécoms, le patronat s’ingénie à casser les collectifs de travail afin de briser les solidarités. Il s’agit de diviser les salariés pour mieux leur imposer des reculs sociaux. Pour y parvenir, il développe les embauches en intérim, en contrat à durée déterminée et la sous-traitance. Le recours à la sous-traitance est en lien avec la politique de plans d’économies qui sont portés essentiellement sur les suppressions d’emplois.

Gagnons l’embauche de CDI et la CDIsation de tous les emplois précaires !

Gagnons des emplois stables et qualifiés pour toutes et tous avec des droits et garantie de haut niveaux