Luttes sociales

Le 5 mars : manifestation d’une belle unité réunionnaise

Tribune libre de Rémy Massain

Témoignages.re / 11 mars 2009

En me rendant au travail, comme à mon habitude, j’écoutais radio KOI.
Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre un auditeur intervenir pour nous rappeler que les enfants réunionnais étaient moins bien instruits que ceux de l’hexagone ! Par voie de conséquence, moins capables que ceux venant de l’extérieur. Justifiant ainsi, malgré lui, que seuls ceux qui viennent de l’extérieur ont la connaissance et doivent donc être reconnus. Vous avez remarqué que je vous ai dit qu’il nous a rappelé et non pas informé ou appris . Pourquoi ? Parce que cela n’est qu’un rappel de la pensée que l’on qualifie généralement de colonialiste.
Tout simplement parce que depuis la nuit des temps de l’esclavage, les maîtres nous ont toujours enseigné que nous étions une « sous race ». Reprenant ce même schéma et changeant la forme, mais non le fond, la pensée néo-colonialiste nous fait rester dans l’esclavage. Aujourd’hui, nous le savons : “le savoir” s’apparente au “pouvoir”. Les temps changent et les méthodes pour nous asservir aussi. C’est pour cela qu’il m’est insupportable d’entendre un être humain tenir le discours de “maîtres esclavagistes modernes”. Force est de constater que certains de nos semblables ont du mal à comprendre que cette façon de voir a été conçue par les laudateurs de l’esclavagisme. Ils oublient trop vite que le niveau scolaire dans l’hexagone n’est peut-être pas aussi élevé qu’on veut bien nous le faire croire. Oui, j’ose le dire, cela est insupportable ! Nous n’avons pas le droit de nous avilir et de rabaisser nos enfants.

La grande manifestation du 5 mars 2009 est assurément la réponse de tout un peuple de ne pas accepter toutes sortes d’esclavages et d’abus modernes. Nous ne voulons plus être esclaves dans nos têtes : arèt èk sa ! La révolution des chances doit continuer plus que jamais, il n’est plus acceptable que toutes les richesses mais aussi tous les savoirs soient concentrés uniquement dans les mains d’un petit nombre. La manifestation du 5 mars a mis en exergue une belle unité réunionnaise devant une société profondément inégalitaire. En filigrane, cette manifestation n’a-t-elle pas montré qu’il y a chez nos compatriotes une volonté naissante pour que certains avantages, ceux accordés aux grands patrons mais également ceux des fonctionnaires, viennent alimenter un fonds de solidarité dont bénéficierait les plus pauvres d’entre nous ?…