Luttes sociales

Le Protocole historique sur le travail forcé entre en vigueur

21 millions de victimes dans le monde

Témoignages.re / 12 novembre 2016

Les pays qui l’ont ratifié doivent maintenant appliquer le traité et rendre des comptes sur les mesures prises.

JPEG - 88.4 ko

Le Protocole sur le travail forcé de l’OIT, qui a été adopté par la Conférence internationale du Travail en 2014, entre en vigueur le 9 novembre, un an après avoir obtenu sa deuxième ratification.

Cela veut dire que tous les pays qui l’ont ratifié – Niger, Norvège, Royaume-Uni, Mauritanie, Mali, France, République tchèque, Panama et Argentine – doivent désormais remplir leurs obligations définies par le Protocole.

« Le Protocole de l’OIT sur le travail forcé est entré en vigueur. Il impose aux pays de prendre des mesures efficaces pour prévenir et éliminer le travail forcé, et pour protéger les victimes et leur donner accès à la justice », a rappelé le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, dans une déclaration conjointe avec les dirigeantes de l’Organisation internationale des employeurs (OIE) et de la Confédération syndicale internationale (CSI).

Vingt-et-un millions de personnes dans le monde sont victimes du travail forcé. Ce sont les plus vulnérables de nos sociétés – des ouvriers agricoles, des migrants, des travailleurs domestiques, des marins, des femmes et des filles obligées de se prostituer et d’autres qui sont aussi victimes de pratiques abusives, exploités et peu voire pas rémunérés. L’OIT estime que le travail forcé génère 150 milliards de profits illégaux par an.

La Secrétaire générale de l’OIE, Linda Kromjong, a déclaré que le Protocole allait changer la vie de millions d’hommes et de femmes victimes du travail forcé.

« Nous avons tous un rôle à jouer et, si nous unissons nos forces, l’éradication du travail forcé est à notre portée », a-t-elle déclaré.

Sharan Burrow, Secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale a souligné le caractère juridiquement contraignant du Protocole.

« Ce qui veut dire que plus nombreux seront les Etats à ratifier le Protocole et à garantir son application, plus nous serons proches d’éliminer l’esclavage une fois pour toutes », a-t-elle ajouté.

Le jour même où le Protocole entre en vigueur, l’Argentine a fait part de sa détermination à mettre fin à l’esclavage moderne en devenant le 9e pays à ratifier le Protocole sur le travail forcé. En novembre 2017, l’Argentine s’apprête aussi à accueillir la prochaine Conférence mondiale sur le travail des enfants et le travail forcé à Buenos Aires.

L’OIT, en partenariat avec la CSI et l’OIE, anime la campagne 50 for Freedom dans le but de sensibiliser l’opinion à cette question et de convaincre au moins 50 Etats de ratifier le Protocole d’ici à 2018.

Des milliers de personnes dans le monde entier ont apporté leur soutien à la campagne, aux côtés de plusieurs personnalités comme le lauréat du Prix Nobel de la paix, Kailash Satyarthi, et Urmila Bhoola, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les formes contemporaines d’esclavage, ainsi que plusieurs organisations nationales et internationales. Plusieurs artistes ont aussi mis leur talent au service de 50 for Freedom : la photographe humanitaire Lisa Kristine a fait don des photos de victimes du travail forcé qui figurent sur le site web de 50 for Freedom. Les acteurs Wagner Moura, David Oyelowo, Robin Wright, Lindiwe Bungane et Joaquin Furriel ont enregistré des vidéos dans lesquelles ils racontent l’histoire vraie d’hommes et de femmes enrôlés dans l’esclavage moderne.

http://50forfreedom.org/fr/joaquin-...