Luttes sociales

Les 4 propositions d’Agir Pou Nout Tout à Yves Jégo

Améliorer le pouvoir d’achat des Réunionnais

Témoignages.re / 28 juin 2008

Lors de sa dernière visite, le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer avait mis au défi l’Observatoire des prix d’avancer 10 à 12 propositions pour l’amélioration du pouvoir d’achat des Réunionnais. Le temps de l’action est venu, avait-il dit. Le Collectif Agir Pou Nout Tout l’a pris au mot. Il a avancé hier 4 propositions et demande à l’Etat, ainsi qu’aux élus locaux, de se prononcer.

Le Collectif Agir Pou Nout Tout a l’habitude de prendre les devants. Comme il l’a fait en réclamant la création d’un Observatoire des Prix et des Revenus (OPR). Comme il l’a fait en réalisant une étude comparative des prix Réunion-Métropole bien avant l’OPR. Cette fois, Agir Pou Nout Tout propose des mesures pour améliorer le pouvoir d’achat. Améliorer vraiment, et non faire semblant. “Qu’en pensez-vous Monsieur Jégo ? Allons en discuter”. Jean-Hugues Ratenon invite le secrétaire d’Etat chargé de l’Outre-mer à en discuter. Une délégation du collectif va aussi demander aux collectivités, Région et Département, de s’exprimer sur ces propositions la semaine prochaine, avant l’assemblée extraordinaire d’Agir Pou Nout Tout le 4 juillet au stade du Bocage.

JPEG - 16 ko
Le Collectif Agir Pou Nout Tout souhaite rencontrer Yves Jégo pour lui avancer ses propositions pour l’amélioration du pouvoir d’achat des Réunionnais.
(photo E.P.)

Compenser la vie chère pour le SMIC et les minima

Toutes ces propositions ne sont pas nouvelles. Elles relèvent même du bon sens. La première concerne la reconnaissance de la vie chère par l’Etat. « L’Etat verse une prime aux fonctionnaires. Nous demandons à l’Etat de l’appliquer partout là où l’Etat peut intervenir, pour le SMIC et les minima sociaux. Il ne s’agit pas de tirer une fois de plus sur les chefs d’entreprise. C’est logique, on ne peut pas continuer avec une telle contradiction », affirme Jean-Hugues Ratenon.

Transparence sur les marges des distributeurs

Par ailleurs, Agir Pou Nout Tout propose de supprimer la TVA et l’Octroi de mer sur les produits de la grande distribution. « Nous demandons aussi la fixation d’une marge maximale pour les distributeurs avec obligation du double étiquetage afin de permettre aux consommateurs de dénoncer tout abus », poursuit-il. Un double étiquetage qui permettrait de contrôler les prix de base et les prix de vente. « L’Etat peut décider de voter une loi dans ce sens », soutien le président d’Agir Pou Nout Tout. Dernière proposition, « l’instauration d’une expertise afin de lutter contre le monopole sur la vente de produits tels que le carburant, les matériaux de production. On pourra ainsi savoir s’il existe d’autres sources d’approvisionnement pour faire baisser les prix ».

Edith Poulbassia



Le collectif demande à rencontrer le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer

A l’aéroport, à Champ-Fleuri, peu importe le lieu, le Collectif Agir Pou Nout Tout veut rencontrer Yves Jégo lors de sa prochaine visite, le 6 et 7 juillet. « Pourquoi le Collectif est-il exclu de cet Observatoires des Prix et des Revenus alors qu’il a milité pendant 7 ans pour sa création ? Le ministre est-il d’accord avec les propositions d’Agir Pou Nout Tout ? Sinon, que propose-t-il ? ». Autant de questions que Jean-Hugues Ratenon souhaite directement poser au secrétaire d’Etat à l’Outre-mer.


« Vous en avez plus que moi dans ma commune, Madame Bello »

Cette réponse, lancée à la députée Huguette Bello lors de son intervention sur la diminution des emplois aidés, n’a pas plu au Collectif. Comment Yves Jégo peut-il comparer des situations incomparables ? Taux de chômage élevé et vie chère, aucun de ces éléments n’est pris en compte. La Réunion dispose de 22.000 contrats aidés, Yves Jégo affirme ne pas voir en quoi l’Etat se désengage. Agir Pou Nout Tout rappelle qu’il y avait 50.000 contrats aidés en 1999. L’Etat en a supprimé plus de la moitié. A chaque intervention de députés (Huguette Bello, Jean-Claude Fruteau), « le gouvernement agresse » au lieu d’apporter de vraies réponses.


Appel aux consommateurs :
7 juillet, une journée sans achat

Un acte symbolique pour bien signifier au ministre que la situation n’est plus acceptable. Agir Pou Nout Tout demande à la population de faire en quelque sorte une grève à la consommation le 7 juillet. « Carburant, lait, riz, viande, tous les prix flambent ici plus qu’ailleurs », et le gouvernement, s’il tient un « discours alléchant » pour le pouvoir d’achat, en réalité, ne fait rien. « Véritablement, y a-t-il la volonté de faire quelque chose pour les Réunionnais ? Le discours est alléchant, mais on ne sent rien ». Combien de familles peuvent donner aujourd’hui 5 fruits et légumes par jour à leurs enfants ?, demande Jean-Hugues Ratenon, une publicité à la main. « Il faut se mettre à la place des familles qui n’ont même pas un fruit et un légume par jour. Ces gens-là sont culpabilisés car ils n’ont rien à donner à leurs enfants ».
Preuve de la situation dramatique, l’explosion des dons alimentaires ces derniers mois. « Les Réunionnais se montrent très peu. Aujourd’hui, ils disent je souffre, j’ai faim. On est au début du phénomène. Une preuve de plus que la misère s’installe et, il y a pire, les personnes qui se lèvent tôt le matin pour travailler, à la fin du mois, ces gens-là sont pauvres. Le travail a un coût : le transport, le repas du midi, etc... Ils se retrouvent avec un SMIC de 750, 800 euros en fin de mois. Avec ça, on ne vit pas ». Et ce n’est pas une augmentation de 0,9% du SMIC qui changera les choses.

EP