Luttes sociales

Les Cars Jaunes marchent sur la Région Réunion

60 bus pour dénoncer « une gestion abusive et méprisante » par la collectivité présidée par Didier Robert

Manuel Marchal / 4 juin 2020

Les transporteurs de voyageurs manifestent aujourd’hui. Un convoi de 60 bus doit se rendre à la Préfecture pour y déposer une motion avant de se diriger vers la Région Réunion. Ils dénoncent la gestion du transport interurbain par la collectivité présidée par Didier Robert, qui contribue à accentuer une situation déjà très difficile en raison du coronavirus.

JPEG - 110.7 ko

Manifestement, le transfert à la Région Réunion de la gestion du réseau de bus interurbain dit « Car Jaune » a des conséquences négatives pour les transporteurs de voyageurs qui ont été retenus par l’appel d’offres. Il a surtout été marqué par une opération de communication permettant de transformer les bus Car Jaune en publicité ambulante pour véhiculer les promesses de Didier Robert à la Région Réunion. Mais pour les entreprises qui assurent ce service public, c’est la crise.
En effet, deux organisations, CAP’RUN et la Fédération nationale du transport de voyageurs (FNTV) organisent aujourd’hui une manifestation pour protester contre la gestion de la délégation de service public par la collectivité dirigée par Didier Robert.
Autrement dit, ils estiment que la Région Réunion accentue les difficultés causées par le coronavirus. Ce conflit date d’avant l’arrivée de l’épidémie à La Réunion.

« Le groupement est un acteur essentiel du secteur est aujourd’hui dans une situation intenable. Il est aujourd’hui soumis à une double peine, les conséquences de la crise sanitaire et une gestion contestable du contrat de délégation du service public Car jaune par la Région Réunion » déclare Bruno Fontaine, président de la FNTV Réunion. Quant à CAP’RUN, groupement des sociétés faisant circuler les Cars Jaunes, il estime que ses adhérents sont « victimes d’une gestion abusive et méprisante de l’administration de la Région Réunion depuis de nombreuses années, en plus d’être touché de plein fouet par les répercussions de la crise sanitaire, le groupement joue désormais sa survie ».

Par ailleurs, les transporteurs comptent également interpeller l’État aujourd’hui.
« Nous sommes à bout et plus que jamais déterminés à faire entendre notre voix et à porter celle des usagers. Il est aujourd’hui impératif que les choses changent et que l’autorité nous écoute enfin », a indiqué à Reunion Première Louis Carpaye porte-parole du groupement « Cap’Run ».
« C’est une pandémie d’ampleur historique qui marque la fin d’une époque et le début d’une autre. Les conséquences économiques sont catastrophiques », a déclaré à Réunion Première Nicolas Moutoussamy, président de la société de transport L’Oiseau bleu.

Deux convois de 30 bus partent de Bras-Panon et de Saint-Pierre avant de converger à Cambaie. Les 60 bus se dirigeront ensuite à la Préfecture puis à la Région Réunion pour déposer des motions. Seront-ils entendus ?
Si Didier Robert fait la sourde oreille, les transporteurs n’excluent pas d’autres actions.

M.M.