Luttes sociales

Loi travail XXL : mobilisation réunionnaise encore plus forte que le 12 septembre

Grande manif à Saint-Denis ce 21 septembre contre la réforme du code du travail

Correspondant Témoignages / 22 septembre 2017

Ce jeudi 21 septembre en début de matinée, environ deux mille personnes venues de tout le pays se sont rassemblées près du Ti-bazar dionysien à l’appel de l’intersyndicale pour manifester une seconde fois contre le projet gouvernemental d’ordonnances mettant en cause les droits fondamentaux des travailleurs. Cette mobilisation a été encore plus forte que celle du 12 septembre dernier et elle montre à quel point les Réunionnais sont déterminés à lutter ensemble contre cette réforme injuste du code du travail.

JPEG - 60 ko

De 10 heures à midi, les manifestants ont défilé jusqu’à la préfecture en passant par la rue Maréchal Leclerc et la rue de Paris, en portant les banderoles des diverses organisations syndicales solidaires de ce combat, parmi lesquelles on a pu voir notamment celles de la CGTR, de la FSU, de l’UNEF, de la CFDT, de FO, de l’UNSA, etc. Outre ces syndicats, on a pu voir aussi des organisations politiques solidaires, en particulier le Parti Communiste Réunionnais, avec une forte délégation de toutes les sections autour de leurs dirigeants comme le président Élie Hoarau, les secrétaires Maurice Gironcel, Yvan Dejean, Ary Yée-Chong-Tchi-Kan, Camille Dieudonné et Ginette Sinapin. Ces militants et responsables du Parti étaient aussi accompagnés d’élus communistes, comme par exemple la sénatrice Gélita Hoarau, aux côtés de Gilles Leperlier, qui fait partie de la liste des 6 candidats qu’elle conduit aux élections sénatoriales de ce dimanche 24 septembre.

JPEG - 55.1 ko
La délégation de la direction du PCR.

« Nou tyinbo, nou larg pa »

Outre la force de cette mobilisation, on a pu remarquer l’ambiance dynamique, offensive et constructive du défilé, marqué par exemple par la proclamation de nombreux chants rebelles de France et de La Réunion. Ainsi, on peut citer ‘’L’internationale’’, ‘’Le chiffon rouge de la liberté’’, ‘’On lâche rien’’, ‘’Le chant des partisans’’, etc. en français et ‘’Tyinbo tyinbo Rénioné’’, ‘’Nout rasine fo dir’’, ‘’Fo èt solidèr, patron la pèr’’etc. en langue créole.

On a pu observer aussi avec intérêt des mots d’ordre pertinents sur des banderoles, comme par exemple « Non à la casse du travail » ou « Nos vies valent plus que leurs profits » (CGTR Ports et Docks), « Les jeunes en ont assez, la précarité n’est pas un métier » (UNEF). À noter aussi sur un tricot de la CGTR : « Lutter plus pour gagner plus. Nou tyinbo, nou larg pa ».

« Soyons unitaires »

Cette nécessité est celle qu’a exprimée Ivan Hoareau, qui a pris la parole devant la foule des manifestants à la fin du défilé au nom de tous les syndicats sur le parc de la préfecture au Barachois. Après avoir félicité les Réunionnais solidaires de ce combat pour leur mobilisation, le secrétaire général de la CGTR a mis l’accent sur la gravité des ordonnances gouvernementales qui portent atteinte aux droits des travailleurs du secteur public et privé comme des étudiants, des demandeurs d’emploi, etc.

Ivan Hoareau a également souligné l’importance de « nous battre pour prôner nos valeurs collectives face à la politique Macron » et de « nous mettre autour d’une table pour élaborer une plateforme uniforme, sans cultiver nos divergences car l’unité d’action est essentielle ». « En nous appuyant sur la configuration syndicale d’aujourd’hui, allons nous entendre sur une plateforme de revendications tenant compte des spécificités réunionnaises et soyons unitaires », a conclu le porte-parole de l’intersyndicale, avant que Denis Irouva chante ‘’L’internationale’’ avec la foule.

Correspondant