Luttes sociales

Manifestation pour partager les richesses pas la misère

Demain entre le Jardin de l’État et la préfecture de La Réunion à Saint-Denis : syndicats, associations de défense de l’environnement et gilets jaunes ensemble

Témoignages.re / 8 février 2019

Une manifestation rassemblant des gilets jaunes, des syndicats et des associations de protection de l’environnement aura lieu demain à Saint-Denis. C’est la confirmation de l’élargissement du mouvement social commencé le 17 novembre dernier par les gilets jaunes. C’est un appel à la convergence des luttes et à la prise en main par les Réunionnais du destin de La Réunion.

JPEG - 46.8 ko

Plus de deux mois après le début du mouvement social, la solution n’a toujours pas changé car aucune mesure n’est venue ouvrir l’espoir d’une amélioration de la situation. Ceci amène à une évolution des modes d’action. Des gilets jaunes ont choisi d’être des acteurs d’un front ouvert comprenant les syndicats. Un aperçu de cette tactique a pu être entrevu mardi devant la préfecture, quand des représentants de FO et de gilets jaunes ont participé à une prise de parole qui s’est transformée en défile.
Demain, c’est une action d’ampleur encore plus importante qui est prévue. Ce sera une manifestation entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Elle vise à donner un nouveau souffle à la mobilisation initiée par les gilets jaunes qui atteint son pic d’intensité au cours de ces deux premières semaines, entre le 17 novembre et la venue de la ministre des Outre-mer. Elle a notamment pour thème la lutte contre la vie chère, et un des mots d’ordre sera « partager les richesses pas la misère ». C’est ce que précise un communiqué d’un groupe de gilets jaunes :

« Réaliser la convergence des luttes sociales »

« Les citoyens et gilets jaunes de l’île appellent donc l’ensemble des Réunionnais qui se sont manifestés durant les 2 premières semaines à marcher ensemble contre la vie chère avec les citoyens toujours mobilisés. Nous appelons également l’ensemble des associations, des collectifs et des syndicats qui défendent l’intérêt général, la protection de l’environnement, qui luttent contre la corruption des élus, qui luttent pour de meilleurs conditions de travail, pour des augmentations de salaires et pour l’augmentation des minimaux sociaux à nous rejoindre parce que tous ensemble nous serons plus forts. ALON MET LA MIN ANSANM ! 4 TI FOURMI I RAL IN GRO KANKRELA !
Il est temps de réaliser la convergence des luttes sociales, de marcher à l’unisson et d’arrêter de se diviser. Montrons à nos élus et au gouvernement que les Réunionnais ne sont pas des citoyens de seconde zone et qu’on mérite le respect et le droit à une vie digne. 40 % des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté et 39 % des jeunes sont au chômage, c’est inacceptable ! »

« Reprenez votre destin en main »

« Réunionnaise, Réunionnais, reprenez vos droits, exigez des réponses, exigez de nos élus l’irréprochabilité et surtout reprenez votre destin en main.
Venez marcher avec nous pour une vie meilleure ce samedi 9 février à 9h au jardin de l’état.
Il est temps d’arrêter de survivre et de se mettre à vivre - NOUT DESTIN DAN NOU MIN !
Liste des collectifs – associations et syndicats se joignant à la marche du 09/02/2019 contre la vie chère :
Collectif Citoyen pour le Climat, Grenache Réunion, Collectif TOUCH PA NOUT ROCHE, Collectif LATANIERS NOUT KER D’VIE, ATTAC, Association AFDAR : Association Féminine pour le développement Agricole Réunionnais, Association Vieille garde Réunion, Association Contribuables 974, Associations Les révoltés du 974, Syndicat FSU, Syndicat CGTR »

Pour la hausse des salaires, des bourses, des retraites et des minima sociaux

Pour sa part, la CGTR viendra avec ses banderoles, ses revendications :
« Depuis le COSPAR le malaise social n’a cessé de grandir à la Réunion. La crise, elle est sociale et, elle est aussi politique.
Nous arrivons à la fin d’un processus qui appelle à une réflexion partagée et solidaire de toutes les Réunionnaises et de tous les Réunionnais. Participer à la réflexion sur la problématique de développement exige que l’urgence sociale soit satisfaite notamment en direction de la jeunesse, des privé.e.s d’emploi, des travailleurs.euses pauvres, des retraité.e.s, des bénéficiaires de minima sociaux :
- SMIC à 1800 euros
- 300 euros nets pour les retraites, Minima sociaux, bas salaires et bourses étudiantes
- Égalité salariale femme / homme
- Réduction du temps de travail
- Fin des temps partiels imposés
- Application des conventions collectives Nationales
- Transparence sur la réalité économique des entreprises pour de vraies négociations lors des NAO
- Résorption de l’emploi précaire dans tous les secteurs publics et privés
- Arrêt des suppressions de postes dans les fonctions publiques
- Plan de rattrapage en emplois publics
- Interdiction de licencier pour les entreprises faisant des profits
- Paiement des dettes sociales et fiscales
- Baisse de 5 euros sur la bouteille de gaz
- Baisse de 20 % sur les produits de consommation courante
- Gel des loyers dans le logement social et le logement privé a minima pour 2019 »