Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Social > Luttes sociales

Martinique : 200 euros de plus jusqu’à 1,4 SMIC

Après 27 jours de grève générale

mercredi 4 mars 2009


En Martinique, le ’Collectif du 5 février’ vient d’obtenir une première victoire. Les syndicats et le patronat ont signé un accord pour une augmentation de 200 euros des salaires en dessous de 1,4 SMIC. Dans l’attente d’un accord sur les prix, le mouvement continue.


Un accord-cadre sur les salaires a été signé mardi matin en Martinique, prévoyant une augmentation de 200 euros nets mensuels pour les salaires jusqu’à 1,4 SMIC, ont annoncé à la presse le patronat et le "Collectif du 5 février".
« Les organisations syndicales du Collectif ont signé un accord-cadre pour que soit mise en place une commission de travail sur les salaires », a annoncé à la presse son président, Michel Monrose, lors de la lecture d’une déclaration commune aux 13 syndicats. Cet accord reste à valider pour plusieurs syndicats, comme la CGTG et FO.
Le document, qui concerne « les salariés du privé disposant de salaires bruts jusqu’à 1,4 SMIC », prévoit que « chaque salarié, dans tous les secteurs, reçoive à compter du 1er mars 2009 un montant de 200 euros nets mensuels ». Les salariés à temps partiels bénéficieront également de cette hausse « au prorata du temps de travail ».
L’Etat apporte une contribution de 100 euros, au titre du Revenu Supplémentaire Temporaire d’Activité (RSTA) nouvellement créé pour les besoins de cette crise. C’est donc une nouvelle illustration de la possibilité d’adapter le RSA aux besoins de l’Outre-mer.
Pour leur part, les entreprises mettent sur la table entre 30 et 100 euros, selon leur taille et leur santé. Quant aux collectivités, elles se sont engagées à faire l’appoint.
Syndicats et patronats annoncent l’ouverture en septembre de nouvelles négociations pour voir comment il est possible d’augmenter les salaires de 50 euros supplémentaires.
Cet accord ne met pas fin au mouvement. Il reste à négocier la question de la baisse des prix. Le Collectif du 5 février « lance un appel à la population pour qu’elle reste mobilisée ».


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus