Luttes sociales

Nouvelle hausse du chômage : presque 190.000 demandeurs d’emploi à La Réunion

Toujours la confirmation d’une crise sans solution dans le cadre actuel

Manuel Marchal / 26 avril 2019

Le chômage a encore augmenté à La Réunion, c’est ce que soulignent les statistiques dites du « marché du travail » publiées ce 26 avril par la DIECCTE et Pôle emploi.

JPEG - 58.8 ko

L’INSEE a récemment publié les résultats de son « Enquête emploi » pour 2018. Ils faisaient état d’une remontée du taux de chômage à 24 %, soit quasiment le même pourcentage que celui relevé en 1974 par une étude du Conseil général.
Ce 26 avril, la DIECCTE et Pôle emploi ont fait part des statistiques trimestrielles sur le « marché du travail » à La Réunion. Ils témoignent là aussi de l’impasse dans laquelle se situe La Réunion, avec un cadre incapable de répondre au problème numéro un des Réunionnais : le droit à un emploi durable et payé correctement.

Statistiques révélatrices

En effet, ces statistiques indiquent qu’au premier trimestre 2019, 183.700 Réunionnais étaient inscrits à Pôle emploi. Inexorablement la barre symbolique des 200.000 se rapproche. Ces travailleurs sont soit totalement privés d’emploi, soit ont un poste tellement précaire et mal payé qu’ils sont à la recherche d’une amélioration.
Dans ce nombre, 138.970 sont totalement privés de travail et tenus d’en chercher un. Ils font partie de la catégorie A, celle qui est habituellement uniquement citée pour rendre compte de la catastrophe du chômage à La Réunion.
Les femmes sont particulièrement visées. Elles constituent la majorité des chômeurs déclarés dans notre île. Quant aux jeunes, la situation reste stabilisée à 18.000 privés totalement d’emploi en moyenne trimestrielle. Ceci rend-il compte d’une réalité où plus de la moitié des jeunes Réunionnais qui ont quitté l’école sont au chômage ?

Appel à la responsabilité

Toutes ces données contredisent le discours prononcé la veille par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse. Il a affirmé que la situation de l’emploi s’était améliorée. Mais ce n’est pas le cas à La Réunion. Ceci confirme que quelles que soient les mesures décidées à Paris, la crise s’aggrave.
Ces statistiques raisonnent comme un nouvel appel à la responsabilité lancé aux Réunionnais. Devant le constat de l’échec de plusieurs décennies de politiques de traitement social du chômage mené par Paris, il est grand temps de se réunir pour œuvrer à la construction d’un projet global et cohérent de développement de La Réunion. Il s’agit de rechercher ensemble tous les atouts et tous les gisements d’emplois potentiels que recèlent notre île dans son environnement géographique naturel. La cohésion sociale est en jeu, tout comme l’avenir de La Réunion.

M.M.