Luttes sociales

PCR : « Les Réunionnais touchés de plein fouet par la politique d’austérité »

Grève au CHU et mouvement social dans l’enseignement

Parti Communiste Réunionnais / 4 mars 2017

Dans un communiqué, le PCR souligne que les mouvements sociaux au CHU et dans l’enseignement sont la partie émergée d’une crise plus profonde, due aux politiques d’austérité qui se succèdent.

JPEG - 109.6 ko

Depuis mardi, le personnel du CHU de La Réunion est en grève pour protester contre un plan de licenciements qui prévoit jusqu’à 250 suppressions de poste. Mercredi, une conférence de presse de l’Intersyndicale du premier degré de l’Education nationale a annoncé un appel à la grève pour le 9 mars. Les enseignants refusent une réorganisation des remplacements qu’ils jugent pénalisante pour les élèves.

Le PCR soutient les revendications légitimes de ces deux mouvements et rappelle qu’elles ne sont que la partie émergée d’une crise plus profonde.

En effet, ces deux actions sont liées à des aspects financiers. Elles sont la conséquence d’une politique qui vise à faire des économies dans les services publics, les dépenses sociales et la contribution de l’État aux budgets des collectivités. Mise en œuvre sous la présidence de Nicolas Sarkozy, cette austérité s’est amplifiée avec un plan d’économie de 40 milliards d’euros lancé en 2013.

Les Réunionnais continuent de subir une dégradation du service public. Compte-tenu d’une situation sociale jugée hors-normes dans une étude conjointe de l’INSEE et du Conseil général, ces services publics doivent au contraire être renforcés.

Lors de son 9e Congrès, le PCR a rappelé ses propositions dans ce domaine. Elles s’appuient sur la situation de La Réunion et les besoins à venir. C’est pourquoi il estime que l’État et ceux qui aspirent à le diriger doivent s’engager à créer les conditions pour qu’un maximum de Réunionnais puisse occuper les postes nécessaires au développement des services publics à La Réunion.

Fait au Port, ce samedi 4 mars 2017
Le Bureau de presse