Luttes sociales

PCR : répondre aux revendications sociales et conférence territoriale élargie aux forces vives sous le regard des Réunionnais

Parti communiste réunionnais : mouvement des gilets jaunes, le moment des décisions

Manuel Marchal / 11 décembre 2018

Ce 10 décembre, le Parti communiste réunionnais a rappelé sa position quelques heures avant l’intervention du président de la République sur le mouvement des gilets jaunes. Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, et Ary Yée Chong Tchi Kan, secrétaire aux Affaires internationales, ont présenté une analyse de la situation et les propositions de leur parti : soutien à la revendication des syndicats d’une hausse de 300 euros du SMIC, des bas salaires, des petites retraites et des minima sociaux d’une part, et d’autre part l’organisation d’une conférence territoriale élargie à toutes les forces vives dans laquelle les gilets jaunes ont leur place. Cette conférence devra débattre sous le regard des Réunionnais, avec une diffusion en direct.

Pour le PCR, le président Macron a compris qu’il ne pouvait pas se passer de recevoir et d’entendre les syndicats et associations d’élus.
Cela fait en effet trois semaines qu’un puissant mouvement social secoue la France et La Réunion, rappelle Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR. La question des prix des carburants s’est élargie à d’autres revendications. Le gouvernement n’a pas pris l’ampleur des problèmes posés, le pouvoir n’a pris pour le moment aucune décision capable d’apaiser la colère et de donner des perspectives à la population, souligne le PCR.

« Le pire est à craindre », l’économie est sérieusement mise à mal, ajoute Maurice Gironcel. Un week-end supplémentaire (acte 5 des Gilets jaunes) pourrait porter un coup sévère. Des pans entiers de l’économie sont menacés. Des TPE risquent de ne pas se relever.

Répondre aux revendications sociales

Le président de la République doit s’exprimer ce lundi, tant mieux, « il n’est pas trop tard pour bien faire ». Pour le PCR, il ne va apaiser le mécontentement qu’à deux conditions :

- répondre de manière urgente et concrète aux revendications sociales : augmentation du SMIC, des petites retraites, des bas revenus et des minima sociaux.
Maurice Gironcel rappelle qu’à La Réunion, les syndicats demandent 300 euros de plus, nous soutenons cette revendication. Il y a plusieurs façons d’accompagner les entreprises. Mais pas comme le CICE, c’était 40 milliards sans contrepartie qui ont profité aux grandes entreprises.

- créer les conditions d’un large débat démocratique dans le peuple.
Pour le PCR, le cadre idéal est la réunion de la Conférence territoriale élargie à toutes les forces vives du pays, élus, syndicats, associations, mouvement des gilets jaunes. Cette proposition du PCR date d’il y a trois ans, lors de l’adoption de la Loi NOTRe.

JPEG - 79.2 ko
Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel.

« Au bout d’un système »

« Nous sommes arrivés au bout d’un système », précise Maurice Gironcel. Cette position du PCR avait été rappelée lors de la sortie du Livre Bleu issu des Assises des Outre-mer. Le PCR avait remis le 27 octobre à la ministre des Outre-mer un document contenant cette proposition.

« D’autres personnalités pas uniquement politiques ou syndicales se sont exprimées sur cette conférence territoriale élargie : Mgr Aubry, Dominique Rivière (Conseiller économique et social), tribune libre de Gilles Gauvin, Philippe Vitale et David Bialecky. Et de rappeler que selon les auteurs de cette tribune libre, « cette Conférence territoriale aura la responsabilité de favoriser la définition de ce projet global, mais devra aussi accompagner le processus de la conduite du changement qui lui sera intimement lié, pour que le Réunionnais soit le véritable et principal acteur du développement de son territoire à son premier profit.

« Sous le regard des Réunionnais »

« Notre position n’est pas de circonstance, elle part d’une analyse », précise Maurice Gironcel, « personne n’a la science infuse, tous ensemble nous trouverons des réponses aux défis qui nous sont posés ».

Ary Yée Chong Tchi Kan rappelle les précédents : « on a connu les États généraux de l’outre-mer, le débat sur l’égalité réelle, les Assises de l’outre-mer. »
« Cette conférence territoriale doit se passer sous le regard des Réunionnais, que les débats soient retransmis en direct. Cela sera co-construit. Il faudra que cela soit assumé ». « Ce débat sera une aide précieuse pour les gilets jaunes », poursuit Ary Yée Chong Tchi Kan.

« Les décisions qui seront prises dans cette instance seront légitimes, car la structure existe déjà. Elle sera adaptée à La Réunion », conclut le PCR.

M.M.