Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Luttes sociales

Peuple et police : confiance rompue.

lundi 7 décembre 2020, par Bertrand Ancelly


Deux ans après le début du mouvement des « gilets jaunes » et toutes les violences à l’encontre de ces derniers, nous assistons de nouveau à un déchainement de violence contre le peuple. Vidéo édifiante de près de 10 minutes, où l’on voit un homme se faire violemment frapper par des policiers. Les violences policières ont été à nouveau mises en lumière par cette vidéo qui devrait mettre fin à tout doute sur les violences policières.


Comment voulez-vous que le peuple soit rassuré et protégé par une police qui a osé mentir à leur hiérarchie pour se couvrir, en accusant leur victime sans relâche. Heureusement que la vidéo était présente, laissant peu de place au doute sur l’agissement réel de ces policiers. Néanmoins, il faut bien distinguer les « brebis galeuses », coupables désignées du déchainement de violence que subissent certaines personnes innocentes, du reste des forces de polices.

Cette affaire est une preuve de plus pour enlever l’article 24 du projet de loi « Sécurité globale » qui encadre la diffusion des images des forces de l’ordre en opération. Texte jugé attentatoire à « la liberté d’expression » et à « l’Etat de droit ». C’est une atteinte au droit des citoyens et de la presse à informer. Il faut filmer et continuer à le faire car s’il n’y avait pas eu d’images, on n’aurait rien connu et cette affaire serait passé inaperçu et peut être contre la victime. Sans image diffusées par la société civile, les violences policières resteront impunies.

Cet usage de la force contre les citoyens contribue à rompre le lien de confiance indispensable entre les citoyens et la police. Il faut que ceux qui font respecter la loi la respectent eux-mêmes pour éviter toute forme de tension qui ne cessent d’augmenter à l’égard des policiers et qui se ressentent de plus en plus lors des manifestations. Que certains, par leurs actes odieux, n’entachent pas l’image de la profession Le respect doit être mutuel pour une bonne société et un apaisement global.

Bertrand Ancelly



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus