Luttes sociales

Premier Mai perturbé par la COVID-19

Mobilisation de l’intersyndicale

Témoignages.re / 2 mai 2021

A La Réunion, la situation sanitaire et les mesures prises expliquent une mobilisation qui n’était pas celle des précédents défilés. L’interpellation d’un manifestant pour non port du masque a rappelé le contexte.

JPEG - 77.1 ko

Malgré la crise sanitaire, le défilé du 1er mai s’est tenu samedi dernier à Saint-Denis entre le Jardin de l’État et la préfecture, à l’appel d’une intersyndicale CGTR, CGR-FP, FO, FSU, SAIPER et Solidaires.
Après l’annulation de l’an passé, la mobilisation de la Fête des travailleurs était sous haute surveillance. Avant même le début du défilé, un manifestant âgé de 75 ans a été interpellé et conduit à l’hôtel de Police situé à quelques pas. Il lui était reproché de ne pas porter de masque. Plusieurs dizaines de personnes ont alors manifesté pour demander la libération.

Le cortège de l’intersyndicale s’est ensuite dirigé vers le siège de la préfecture. Parmi les manifestants se trouvait une délégation du Parti communiste réunionnais, avec notamment des militants de la section de Saint-Denis.
C’était le premier défilé du 1er Mai depuis le début de l’épidémie de coronavirus, et il s’est déroulé sans plusieurs camarades qui nous ont quittés l’an dernier, notamment Bruny Payet, Ivan Hoareau qui ont été rejoints récemment par Max Banon.

Cette mobilisation a rappelé que la crise sanitaire n’a pas mis fin à la crise sociale et aux revendications nécessaires pour en sortir. Cette crise sanitaire a révélé la fragilité du service public, mis à mal par des années de politiques d’austérité menées par les gouvernements qui se succèdent.
C’est pourquoi le renforcement du service public par des moyens humains et financiers est une revendication plus que jamais d’actualité.

L’urgence appelle également à la mobilisation contre la régression des droits des travailleurs privés d’emploi inscrite dans la « réforme des allocations chômage ».
La bataille pour l’application du Code du travail et donc des conventions collectives est à l’ordre du jour, ainsi que la revalorisation des salaires, en particulier du SMIC.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • J’ai remarqué qu’une fois encore, plus encore en 2021 qu’en 2019, 18... l’absence des jeunes futurs diplômés )qui eux, plus que nous, actifs, davantage que les retraités actuels ne vont pas avoir un avenir facile, sur une planète ravagée par le capitalisme qui en fait en y regardant de plus prêt ne s’occupe que des nantis, et laisse au peuple les miettes) comme les élèves en CAP, BEP, Bac pro, les BTS, IUT, Licence pro, sans oublier ceux en formation en CFA, au RSMA etc. Ils auraient à mes yeux, dus être majoritaires, les actifs derrière qui précèdent les retraités, qui ont bien mérité de pouvoir enfin profiter de la vie. On peut se dire alors qu’ils n’étaient pas là car occupés à préparer leurs examens, où qu’ils n’ont pas (encore) compris l’importance ce se manifester, c’est le cas de le dire en ce jour chômé et payé, le seul du calendrier même si cette fois, il tombait un samedi. C’est bien dommage, en espérant que ce ne soit pas l’égoisme, l’individualisme présenté comme un objectif de bonheur qui les encourage à rester sur leur canapé pour la tv, les jeux vidéo, les tablettes... Enfin, on verra bien, comment ils réagiront avant que ce ne soit trop tard, avec une ambition pour leur avenir, diplômes en poche. Il y a du boulot, réagissez les jeunes, n’attendez pas toujours des autres pour vous en sortir, agissez ! Arthur. .

    Article
    Un message, un commentaire ?