Luttes sociales

Projet d’une Fondation départementale citoyenne ouverte à toutes les forces vives

Proposition convergente avec la Conférence territoriale élargie

Manuel Marchal / 22 décembre 2018

Ce 21 décembre, la séance plénière du Conseil départemental était la première organisée depuis le début du mouvement social déclenché par les gilets jaunes. Pour répondre aux revendications, le président du Département a proposé la création d’une Fondation départementale citoyenne, associant les acteurs économiques, les collectivités, les chambres consulaires, les syndicats, les corps intermédiaires et toutes les forces vives. Une proposition qui n’est pas sans rappeler les contours d’une Conférence territoriale élargie à toutes les forces vives.

JPEG - 103.3 ko

Plus d’un mois après le déclenchement du mouvement social, les collectivités prennent position. A la Région, il a été notamment question de la création d’un conseil consultatif citoyen qui n’aura aucun pouvoir de décision. Cette initiative visant à canaliser les gilets jaunes suscite de nombreux commentaires qui interrogent sur l’objectif réel d’une proposition venue une fois de plus « d’en haut ».
Pour sa part, le Département propose autre chose. Dans son discours prononcé lors de la séance plénière du 21 décembre, Cyrille Melchior, président du Département, a appelé à la création d’une Fondation départementale citoyenne « pour apporter une réponse, à grande échelle, aux inégalités de pouvoir d’achat » :

« Ce nouvel outil, dans le cadre d’une gouvernance apolitique, devra faire travailler de concert les citoyens, les acteurs économiques, les collectivités, les chambres consulaires, les syndicats salariés et patronaux, les corps intermédiaires et toutes les forces vives de l’île. Ceci dans le but d’ouvrir une nouvelle dimension de développement endogène autour d’une juste redistribution en faveur des publics les plus vulnérables comme aux travailleurs pauvres. Ensemble, bâtissons un nouveau modèle réunionnais ».

La raison qui préside à cette proposition tient en une phrase :

« les richesses générées par les Réunionnais doivent d’abord profiter aux Réunionnais ».

Cette proposition n’est pas sans rappeler celle d’une Conférence territoriale élargie à toutes les forces vives présentées par le PCR ainsi que par plusieurs personnalités. Elle rappelle qu’une des préalables pour sortir de la crise par le haut, c’est d’entendre les appels à remettre à plat un système à bout de souffle. En effet, plus d’un mois après le déclenchement du mouvement des gilets jaunes, les raisons de la crise sont toujours là. La période des Fêtes ne fera pas disparaître les inégalités, la pauvreté et le manque de transparence.

M.M.