Luttes sociales

Projet de SCOP : des travailleurs de Profilage reçus hier à la Région

La bataille pour sauver 40 emplois continue

Manuel Marchal / 22 décembre 2017

Nouvelle étape hier dans le combat mené par les travailleurs de Profilage, filiale d’ArcelorMittal, pour sauver 40 emplois. Un CHSCT extraordinaire en présence du PDG d’ArcelorMittal Construction Réunion et un rendez-vous à la Région pour travailler sur le projet de reprise par une SCOP ont marqué la journée.

JPEG - 87 ko

Le combat se poursuit à Profilage. La direction de cette filiale d’ArcelorMittal à La Réunion prévoit de supprimer 40 emplois sur les 86 de l’entreprise. Le but de cette manœuvre est d’augmenter le profit des actionnaires en sacrifiant 40 travailleurs et leurs familles. En effet, ArcelorMittal dispose dans notre île d’une trésorerie supérieure à 20 millions d’euros, rappelle la délégation unique du personnel (DUP). Or, AcelorMittal utilise une disposition de la loi El-Khomri qui permet à une entreprise de déclencher un plan de licenciements, dénommé plan de sauvegarde pour l’emploi ou PSE, si elle rencontre une baisse passagère de ses bénéfices.

Depuis le début du mois de novembre, les travailleurs sont donc dans la lutte pour empêcher un tel projet et travaillent à un projet de reprise si jamais ce plan était mis à exécution. En effet, Profilage est la seule entreprise à fabriquer à La Réunion un produit indispensable à la réhabilitation des logements sociaux. C’est un adaptateur permettant de monter une porte à serrure trois points sans avoir besoin de casser le mur. C’est justement l’atelier de fabrication de ce produit qui sera fermé en cas d’homologation du PSE. Ce qui veut dire que ce produit devra être importé. C’est donc une délocalisation qui se dessine, au détriment de l’emploi à La Réunion.

Le PDG d’ArcelorMittal Construction Réunion a participé hier à un CHSCT extraordinaire. Le rapport présenté hier à cette occasion a montré un bilan peu favorable à la direction de l’entreprise, note la DUP. Mais pour ArcelorMittal, il n’y a pas d’alternative. La direction justifie les licenciements comme seule solution pour éviter la fermeture totale de sa filiale Profilage à La Réunion. Une nouvelle rencontre doit se tenir aujourd’hui en présence des délégués syndicaux, plus spécifiquement sur la question du plan de licenciements.

Dans l’après-midi, une délégation de travailleurs de Profilage a été reçue à la Région Réunion à la suite de l’intervention de la députée Huguette Bello. Cette rencontre fait suite à une précédente au cours de laquelle la Région a dit vouloir soutenir un projet de reprise par les salariés qui sont menacés de licenciement. Cet engagement est une aide de 1,2 million d’euros en cas de création d’une SCOP.

Les échanges d’hier ont donc porté sur les aspects techniques de la reprise. Il a été question des parts de marché qui permettront à cette SCOP de fonctionner, ainsi que des machines qui devront être achetées. La DUP indique qu’une prochaine réunion est prévue fin janvier sur ce sujet. Plus que jamais, le combat continue pour sauver 40 emplois.

M.M.