Luttes sociales

Quatre propositions réunionnaises pour faire face à l’urgence sociale

Collectif de 25 organisations : appel à la grève et à la manifestation le 5 mars

Manuel Marchal / 14 février 2009

Augmentation de 200 euros des minima sociaux, des retraites, des bas-salaires et des bourses d’étudiant ; gel des loyers dans les logements sociaux ; baisse de 20% des produits de première nécessité ; et baisse de 5 euros de la bouteille de gaz : le collectif de 25 associations a défini quatre propositions qui peuvent rassembler largement les Réunionnais. Un appel à la grève générale est lancé pour le 5 mars, et un appel à l’action pour le 19 mars, le jour où La Réunion fêtera le 63ème anniversaire de l’abolition du statut colonial.

52% de Réunionnais sous le seuil de pauvreté, 25% de travailleurs privés d’emplois, 30.000 demandeurs de logement social, un coût de la vie bien plus élevé qu’en France, plus de 100.000 illettrés : la situation de La Réunion est très difficile. Pour sortir de cette situation, des mesures importantes doivent permettre des avancées sur le long terme afin de développer le pays.
Mais il est nécessaire de prendre des mesures immédiates pour faire face à la crise. Le collectif de 25 associations, syndicats et partis politiques a donc fait des propositions pour rassembler, et a établi un plan d’action pour les concrétiser.
Jeudi soir, après plusieurs heures de négociations au siège de la CGTR, les 25 organisations ont abouti à un accord sur quatre propositions capables de rassembler largement les Réunionnais.

« Un plan d’action unitaire »

Tout d’abord, un « relèvement immédiat de 200€ net des bas salaires, des retraites, des minima sociaux et des bourses d’étudiants afin de relancer le pouvoir d’achat ». Le collectif revendique la « baisse de 5€ immédiat sur le gaz », ainsi que la « baisse de 20% sur les produits de consommation courante », et le « gel des loyers dans le logement social à minima sur 2009 ».
Pour concrétiser ses quatre propositions, le collectif a mis en place « un plan d’action unitaire afin de construire un rapport de force pour faire entendre ses revendications ». Ses membres vont interpeller les responsables de la grande distribution sur la question des prix. Ils vont également demander audience au préfet, aux parlementaires réunionnais, et aux deux membres de la mission parlementaire du PS venus de Paris.
La principale action à l’ordre du jour est un appel à la grève et à la manifestation pour le 5 mars prochain.
La rencontre de jeudi a également débouché sur la solidarité et le soutien du collectif aux étudiants et aux enseignants-chercheurs de l’université de La Réunion en lutte.

10 mars : le débat au Parlement

À côté de ces actions, le collectif va poursuivre son travail ce dimanche pour arriver à des propositions sur les question des revenus, du pouvoir d’achat, des prix, de l’emploi, du logement, des services publics et de l’agriculture.
À plus long terme, le collectif annonce sa participation à la journée d’action nationale prévue le 19 mars prochain, c’est à dire le jour de la commémoration de l’abolition du statut colonial à La Réunion. Le collectif va donc continuer à travailler sur le contenu, tout en militant pour l’élargissement du rassemblement autour des propositions destinées à faire face à l’urgence sociale. Cette mobilisation se déroule dans un contexte particulier : une fenêtre de tir est possible. En effet, mardi dernier, le Premier ministre a affirmé que le débat sur la loi pour le développement économique de l’Outre-mer allait commencer le 10 mars. Il reste donc moins de quatre semaines pour créer un rapport de forces suffisant afin que les propositions réunionnaises puissent être intégrées dans le texte qui doit être voté à Paris.

Manuel Marchal


Les signataires de l’appel à l’action le 5 mars

Les syndicats : CGTR, UIR-CFDT, UNSA, CFTC, SOLIDAIRES, FSU, FO santé, SAFPTR, SAIPER
Les associations : AC chômage, Agir Pou Nout Tout, Ligue des droits de l’Homme, Union des Femmes Réunionnaises, Confédération National du Logement, Coordination des Parents et Educateurs, ATTAC
Les partis politiques : Parti Communiste Réunionnais, Parti Socialiste, Parti Socialiste Réunionnais, Alliance, Les verts, Parti de Gauche, Lutte Ouvrière, Nouveau Parti Anticapitaliste Réunionnais.