Luttes sociales

« Rejetons les préjugés. Soyons des Réunionnais et Réunionnaises responsables »

La note du PCR déjà remise à la ministre propose un cadre de discussion : la conférence territoriale de toutes les forces vives

Témoignages.re / 28 novembre 2018

L’accélération de la crise a permis aux Réunionnais de libérer la parole. Ils n’en peuvent plus d’un système qui rejette la moitié de la population dans la grande précarité, et ce sont ces opprimés qui se sont soulevés. Il est donc essentiel que leurs revendications soient entendues et puissent s’exprimer dans les meilleures conditions. Cette prise en compte des attentes de la population était au coeur d’une note du PCR remise à la ministre des Outre-mer le 27 octobre dernier, lors de sa précédente visite à La Réunion. En voici un extrait :

JPEG - 132.6 ko

« Il appartient aux Réunionnais et Réunionnaises de débattre des conditions de sortie de cette crise qui dure et s’aggrave, dont souffre particulièrement 43 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté ainsi que 29 % de chômeurs. Aux Réunionnais et Réunionnaises d’élaborer un plan qui n’occulte aucun aspect. Aux Réunionnais et Réunionnaises de définir les conditions tant matérielles que règlementaires pour réaliser ce plan. Aux Réunionnaises et Réunionnais d’assumer leur responsabilité. Ce serait irresponsable de leur part de tout envoyer sur le gouvernement en attendant que ce dernier décide à leur place.

La Conférence Territoriale de l’Action Publique (CTAP) prévue par la loi N.O.T. Re est un cadre adéquat pour organiser les débats que nous préconisons, à condition qu’elle soit ouverte aux forces vives de la société, syndicats, acteurs associatifs et culturels… N’ayons pas peur de débattre. Rejetons les préjugés. Soyons des Réunionnais et Réunionnaises responsables. »