Luttes sociales

Rentrée universitaire pas à la portée de toutes les bourses

Conséquence de la pénurie de chambres dans les cités universitaires

Manuel Marchal / 22 août 2018

Une rentrée difficile pour les étudiants, c’est le constat fait hier par l’UNEF-Réunion qui souligne une nouvelle dégradation de l’accès à l’enseignement supérieur. La hausse du coût de la rentrée, la pénurie des chambres dans les cités universitaires et les problèmes liés à Parcoursup sont les principales explications.

JPEG - 69.5 ko
Rudrigue Sautron et Samantha Pothin.

Rudrigue Sautron, Secrétaire général de l’UNEF-Réunion et vice-président en charge de la vie étudiante à l’Université, souligne que c’est la première rentrée sous la présidence Macron. Ce dernier a mené des attaques contre les jeunes et notamment les étudiants. C’est notamment la suppression du régime des étudiants de la Sécurité sociale. C’était un outil de prévention adapté aux étudiants.
La mise en place de Parcoursup est celui d’une sélection qui ne dit pas son nom. Il souffre du manque de transparence. Ainsi, aucune communication n’a annoncé la fin de la procédure complémentaire le 21 juillet. Des étudiants sont donc dans l’impossibilité de s’inscrire. L’UNEF compte donc sur le respect de la parole donnée par le président de l’Université de La Réunion, qui annonçait qu’aucun étudiant ne resterait sur le carreau. L’UNEF est également inquiète au sujet d’un nouvel arrêté sur les licences est entré discrètement en vigueur. Il remet en cause la compensation et les épreuves de rattrapage car il recommande de ne pas les organiser. C’est clairement une atteinte aux droits des étudiants.

1.100 chambres pour 5.000 demandes

Samantha Pothin, présidente de l’UNEF-Réunion, présente le résultat du coût de la rentrée pour les étudiants à La Réunion.
Elle souligne tout d’abord la situation catastrophique du logement universitaire. 0 logement universitaire construit, contrairement aux 500 qui devaient être faits à La Réunion depuis 2014 selon un engagement du président Hollande. Les travaux débutent tout juste à Saint-Pierre. Avec 5.000 demandes pour 1.100 chambres, il est urgent de relancer la construction de cités universitaires. L’UNEF rappelle en effet que les prix des loyers dans le privé ne sont pas adaptés aux étudiants.
1008 euros est le seuil de pauvreté, les étudiants ont au maximum 550 euros de bourse. Leur capacité contributive est donc bien inférieure aux tarifs affichés des loyers dans le secteur privé.
L’UNEF attend donc que le plan 80.000 logements universitaires annoncés par la ministre soit suivi d’effet.

Prévoir plus de 2000 euros

Pour son enquête annuelle sur le coût de la rentrée, l’UNEF-Réunion note que le profil est celui des étudiants âgés de 17 à 19 ans. La facture monte rapidement. Ainsi, pour un étudiant boursier qui n’a pas accès à une résidence universitaire, le coût de la rentrée s’élève à 2352 euros, et 2827 euros pour un non-boursier. Il est à noter que les frais d’inscription s’élèvent cette année à 170 euros pour un étudiant non-boursier.
Le syndicat étudiant plaide pour une meilleure information des futurs bachelier. L’UNEF constate en effet que des étudiants ayant droit à une bourse et à un logement universitaire en sont privés, car ils n’ont pas déposé leur demande dans les temps.
Enfin, l’UNEF constate que peu d’étudiants sont salariés à La Réunion car cela n’est pas dans les mœurs, alors qu’en France, 30 % des étudiants interrogés pensent rechercher un emploi pour financer leurs études.

M.M.


Les nouveautés de la rentrée

Une taxe de 90 euros augmente le prix de l’inscription pour les étudiants non-boursiers. La recette doit être investi dans le sport, la médecine préventive et la vie universitaire. Mais cela se fait sur le dos des étudiants, alors que cela relève de l’État.
La carte multiservice est une victoire de l’une F. Ce support est une carte d’étudiant, de restaurant, de bibliothèque et d’accès aux résidences universitaires. L’UNEF souhaite que cette carte puisse également fonctionner pour les examens et demande que cette carte multiservice soit étendue à tous les étudiants.
Le restaurant universitaire a été rénové. Le repas social reste à 3,25 euros. Le CROUS devrait verser les bourses à date fixe, le 5 de chaque mois.